Partners
IRICA a été créé pour promouvoir la recherche scientifique dans la région de la Corne de l'Afrique.
Contexte:

La Corne de l’Afrique regroupe quatre pays : l’Erythrée, l’Ethiopie, la République de Djibouti et la Somalie et abrite une population de 106,2 millions d’habitants répartie sur une superficie d’environ 2 millions de km2.

Constituée en grande partie de terres arides et semi-arides (70%), elle est exposée à des risques naturels multiples telles la sécheresse, les inondations et les épidémies. Sa position géostratégique l’a également placée au cœur de nombreuses convoitises qui expliquent en partie des conflits incessants entraînant dans leur sillage famines, exodes et crises économiques diverses. Par exemple, pour la période allant de 1972 à 2015, la base EM-DAT CRED a relevé 488 événements catastrophiques pour les pays de la région de l’IGAD[1] dont font partie les pays de la Corne de l’Afrique. Ces chocs issus de manifestations extrêmes de phénomènes physiques ou anthropiques ne sont pas les seuls à éprouver les sociétés locales. Celles-ci supportent de façon plus routinière des chocs socio-économiques divers à l’origine d’une paupérisation extrême des ménages.

Ce contexte particulier fait de la Corne de l’Afrique l’une des régions les plus troublées et les plus pauvres du monde. La question du développement s’y pose donc avec acuité. La recherche scientifique pouvant aider à créer les conditions d’un avenir meilleur, IRICA a été fondé pour combler le vide constaté en la matière. Institut de recherche et de formation pluridisciplinaire, son périmètre d’action s’étend à toute la Corne de l’Afrique. Dans cette partie du continent, rares sont les organes de recherche régionaux à initier ou à participer à des recherches pluri-disciplinaires.

 

A partir de la Corne de l’Afrique, IRICA interroge le développement dans toutes ses dimensions suivant une approche systémique et pluridisciplinaire. Mais il porte ses efforts dans deux grands domaines en particulier : le développement des espaces et des sociétés et l’amélioration des performances des organisations quelles qu’elles soient. Son objectif général est de débusquer les inerties et de mener la réflexion dans le sens d’une amélioration des comportements, des conditions de vie, dans la perspective d’un mieux-être pour les populations concernées.

Considérant que la recherche contribue à une meilleure connaissance des sociétés et de leur environnement, et favorise par voie de conséquence un développement harmonieux et efficient ; que les savoirs produits constituent les fondements de l’innovation et du progrès ;

Sachant que les connaissances utilisées en matière d’éducation, de gestion et de management des organisations,  etc., sont presque toujours fondées sur des pratiques observées dans les pays du nord dont les réalités historiques, culturelles, économiques et techniques sont différentes ;  

 

  • Irica a l’ambition de faire émerger une recherche qui participe au bien-être et au progrès des sociétés de la Corne de l’Afrique en initiant et en encourageant les problématiques de recherche directement en phase avec leurs préoccupations.

  • Irica entend susciter une émulation dans le domaine de la recherche scientifique dont elle ambitionne d’améliorer la diffusion et la vulgarisation des résultats.

  •  Irica a foi en l’interdisciplinarité et la transversalité des recherches. L’une de ses principales missions est de soutenir tout travail de recherche pouvant contribuer au développement durable et équitable des espaces et des sociétés de la Corne de l’Afrique. Dans cette optique, il mobilise des chercheurs issus de différents domaines : hydrologie, géologie, géographie, chimie, biologie, anthropologie, sociologie, histoire, linguistique, droit.

1- Une des missions d’ IRICA est de cerner les enjeux sociétaux, d’initier et soutenir les études permettant de contribuer au développement durable des populations de la Corne de l’Afrique. 

    A cette fin il mobilise hydrologues, géologues, chimistes, biologistes, anthropologues, sociologues, historiens, linguistes, juristes, en somme les spécialistes des sciences de la nature et des sciences humaines et sociales pour connaître les réalités des terrains de la Corne de l’Afrique, saisir les changements qui s’y déroulent et anticiper les voies de progrès à venir.

 

2- IRICA a également pour mission de trouver réponse au défi qu’implique le changement climatique et la mondialisation afin de conserver force et cohérence dans cette évolution des milieux.

 

L'objectif principal de ceci étant d’augmenter la capacité de résilience des populations, de partager et diffuser les savoirs acquis, de stimuler et valoriser la recherche locale, de sensibiliser et former à la recherche scientifique, en somme d’aider à la construction de scénarios spécifiques de développement des Etats de la Corne.

Vision

Missions

Axes de recherche majeurs

Les programmes de recherche d’ IRICA  sont axés sur le développement social, économique, culturel et technique des sociétés de la Corne de l’Afrique. Ils se veulent exploitables à moyen terme  par les institutions publiques et privées concernées et par tous ceux et celles qui agissent et partagent les préoccupations de l’Institut.

L’Environnement, et plus précisément la question de l’eau et de l’énergie, constitue le premier axe de recherche d’IRICA. L’aridité touchant 70% de la région, l’accès à l’eau demeure une préoccupation constante pour ses habitants. Une préoccupation exaserbée par les effets conjugués du changement climatiques et de la croissance démographique, entraînant  dans leur sillage des sécheresses quasi endémique et une carence en eau potable de plus en plus fortement ressentie même dans les zones urbaines. L’accès à l’énergie n’est pas en reste.  Le développement économique (observé durant ces quinze dernières années particulièrement en Ethiopie et à Djibouti) a conduit à une augmentation considérable de la consommation en énergie fossile qui, en dehors de sa forte pollution, pèse durement sur les économies des ménages et des entreprises. Les énergies propres dont la Corne de l’Afrique, et Djibouti particulièrement, regorge restent encore largement sous exploitées.

Ce sous-développement énergétique est sans doute l’un des plus importants défis à relever.  Pour cette raison, l’axe de recherche eau et énergie s’inscrit dans une dynamique qui vise aussi bien à l’amélioration des connaissances sur les ressources en eau et en énergie,  que la protection de l'environnement (biodiversité marine et terrestre) et la prise en compte du changement climatique. Ce dernier point est important pour atteindre la durabilité des infrastructures en cours de développement d’une part et soutenir la résilience des communautés de l’autre.

 

Le second grand axe d’étude de l’Institut porte sur les Espaces, Sociétés et Organisation(s). Il s’agit pour celui-ci de comprendre et aider à tirer parti des évolutions profondes que traversent la Corne de l’Afrique. Avec le nouvel intérêt géopolitique de la Corne, les transformations politiques et  les mutations sociaux-économiques en lien avec la mondialisation, se posent des questions, qui sans être nouvelles, se révèlent d’une extrême acuité. Elles concernent l’intégration régionale et les migrations, les constructions identitaires et nationales, le genre et le partage des pouvoirs, la gouvernance et les institutions, les inégalités socio-spatiales et les  vulnérabilités sociales, les exigences d’éducation et de santé face aux impératifs de l’économie libérale, autant de problématiques auxquelles Irica souhaitent accordent la plus grande attention, car  celles-ci façonnent les sociétés de la Corne d’Afrique de demain.  

Dernières nouvelles

© 2016 IRICA

253.21.35.17.07/ Salines Ouest, Lot 175/ irica.info@gmail.com

  • w-facebook
  • Twitter Clean
  • w-googleplus