Le constat a de quoi susciter des inquiétudes. Si rien n’est fait pour réduire la pollution provoquée par l’accumulation de plastique dans les océans, ces derniers contiendront une masse plus importante de plastique que de poissons d’ici 2050. Des multinationales ont d’ailleurs décidé lundi d’appuyer un appel à l’action, dans le cadre du Forum économique mondial de Davos. C’est la navigatrice britannique Ellen MacArthur, connue pour avoir battu le record du tour du monde à la voile en 2005, qui a d’abord lancé cet appel en faveur d’une meilleure utilisation et d’un meilleur recyclage du plastique, une matière omniprésente dans nos vies quotidiennes. De grandes entreprises comme Unilever, Danone et Dow Chemical ont décidé de faire écho à cet appel, à la veille de l’ouverture du Forum économique mondial de Davos, en Suisse. Selon les données présentées dans un communiqué publié lundi, 20 % de la production mondiale de plastique pourrait être réutilisée, tandis que 50 % pourrait être recyclée. Mais « sans une nouvelle conception fondamentale, les 30 % restants des emballages plastique [en poids] ne seront jamais recyclés », a expliqué l’organisation internationale dans un communiqué publié lundi.

 

Plastique contre poissons

 

À l’heure actuelle, on estime que de 80 à 120 milliards de dollars d’emballages plastiques sont perdus chaque année. « En plus du coût financier, si nous continuons sur cette même lancée, les océans devraient contenir plus de plastique que de poissons [en poids] », a aussi prévu le Forum, toujours par voie de communiqué. Selon une étude internationale coordonnée par la fondation de Mme MacArthur, le ratio « tonnes de plastique/tonnes de poissons » était d’un pour cinq en 2014. Il devrait être d’un pour trois en 2025 et il devrait même dépasser l’un pour un en 2050. La pollution provoquée par le plastique a pris de telles proportions au cours des dernières décennies que près de 270 000 tonnes de ce matériau flotteraient à la surface des océans, selon une vaste étude internationale publiée à la fin de 2014 dans la revue scientifique américaine PLOS ONE. Il s’agit pour l’essentiel de microparticules, qui voyagent dans tous les océans du globe. Cette substance s’immisce donc dans toute la chaîne alimentaire. Dans les poissons, qui en ingurgitent des morceaux en les confondant avec leur nourriture. Dans les oiseaux, qui mangent des poissons ou qui nourrissent leur progéniture carrément avec du plastique.

 

Problème méconnu

 

Selon les données du Programme des Nations unies pour l’environnement, cette matière très peu dégradable constituerait plus de 80 % des débris qu’on retrouve dans ces vastes étendues d’eau. La grande majorité provient de la terre ferme et est transportée au gré des bassins versants. Comme l’utilisation de ce matériau — dont la fabrication engloutit près de 10 % de la production pétrolière mondiale — est relativement récente, sa présence n’est mieux documentée que depuis quelques années. En fait, on s’y intéresse davantage depuis que l’océanographe américain Charles Moore a découvert au début des années 2000 « le continent de déchets » du Pacifique. Cette zone, située entre Hawaï et la Californie, concentre des millions de tonnes de détritus amenés là par les courants marins. On sait maintenant qu’il existe huit de ces « continents » dans le monde. Le Québec n’est pas épargné par ce problème ; des chercheurs de l’Université McGill ont en outre découvert récemment que le fleuve Saint-Laurent est lourdement contaminé par le plastique.

 

Alexandre Shields avec l’Agence France-Presse

Plus de plastique que de poissons dans les océans d’ici 2050?

In the prospect of the COP21 held in Paris in December 2015, the French Centre for Ethiopian Studies (CFEE) organised a scientific conference on environmental and climatic changes in the horn of Africa, with a decisive financial support of the Institut français (Fonds d’Alembert), Paris. The conference was part of a larger event, called “the Road to Paris” and organised by the French Embassy to Ethiopia and the Horn of Africa Regional Environment Centre and Network (HoA-REC&N), Addis Ababa University, in HoA-REC&N headquarters at Gullele Botanic Gardens, Addis Ababa, from 7 to 9 April 2015. 2 In this event, our first purpose was to set aside from the pressure of short-term and policy-oriented concerns raised by the international bureaucracies and bilateral donors, as to try to explore diverse, cross-disciplinary dimensions related to environmental change in the region in a wider way, wider in time and also wider in the elements observed. In a way, the Road to Paris event has also showed, with the various stakeholders and speakers it has gathered, that the issue of climate change has “solidified” automatic discourses, supporting wishful intentions and thinking, and clearly embedded in the building of professional opportunities and international careers. These discourses, indeed, are everything but close to the reality observed on the ground. 3 In this new, competitive, social field, priority may not be easily given to scientific exploration that is not directly policy-oriented and that requires a longer time to produce strong data than what the political and bureaucratic agendas allow.

 

One could not state, though, that interest for science is totally absent in these arenas on climate change. But, invariably, public expectations appear to be much too high in scope and in time, compared to what intellectual curiosity and scientific processes and protocols can produce on a day-to-day basis. Improving awareness on environmental changes should start here: to give a better understanding on the complexity and multiplicity of factors involved in the relation between human evolution, societal choices and developments, and natural environments. 4 The French Centre for Ethiopian Studies (CFEE) in Addis Ababa was quite well equipped to initiate, with its partners, such a cross-disciplinary exploration. In its 25-year long 5 history (not mentioning here its own “prehistory” bringing back to the permanent presence of French archaeologists in Ethiopia from the 1950s till 1974), it has been leading and supporting research in the Horn of Africa in various topics of direct or indirect interest for the matter of environmental changes, notably: 5 - the “deep past” of the humankind and its environments, thanks to the paleoanthropological mission Jean-Renaud Boisserie has been leading on the Shungura Formation (Southern Omo) since 2006, in direct collaboration with the Authority for Research and Conservation of Cultural Heritage (ARCCH) of the Federal Democratic Republic of Ethiopia; 6 - the medieval and modern history of Ethiopia, thanks to our long-lasting collaboration with Deresse Ayenachew and the department of history and management of cultural heritage he is leading at Debre Berhan University, also with Margaux Herman through her historical investigation on women and gender in the Ethiopian history; 7 - as well as more contemporary and socio-political issues, such as the administration of land and the effects of the current constitution of the cadastre on the management of the Ethiopian natural parks, studied by Mehdi Labzae, the making of the Ethiopian heritage as a tool of national conscience awareness supported by foreign experts, explored here by Thomas Guindeuil, or the intervention of international organisations and their relations with the states in the region, studied by David Ambrosetti. 8 The conference has also allowed expanding CFEE’s network to new researches on environmental changes with meaningful implications for the region.

 

Wilfran MoufoumaOkia has shared with us his experience, as both a scientific and a practitioner, on the organisation of the COP21 and the way the African states engage today with the scientific debates on climate changes. Pierre Sepulchre reveals the rich lessons specialists of paleoclimatology have raised on the relations between climate change and biodiversity and the factors that may favour the conservation of biodiversity. Maxi Domke and Jürgen Pretzsch’s paper raises more policy-oriented questions about the social structures involved in the local diffusion of relevant information on environmental challenges in rural areas. Were these locally-specific social structures to be neglected in any government-driven program, results would inescapably be suboptimal, at best, or even counter-productive. Julia Blocher explores the promises and limits of the forest governance through a review of the United Nations collaborative initiative on Reducing Emissions from Deforestation and forest Degradation in developing countries (UN-REDD). She particularly notes some weaknesses of the program, in terms of sensitivity to the local contexts and accountability to local institutions. And Joachim G. Persoon suggests that the religious cosmologies in Ethiopia, and particularly within the Ethiopian Orthodox Tewahedo Church, may provide with useful tools as to promote an ecological ethics and subsequent behavioural changes. He offers, in so doing, an original, and quite personal, insight on these cosmologies. 9 At the end, the conference has brought to some general conclusions that seem important to keep in mind in every debate and scientific enterprise related to environmental and climatic change: 10 - The long history of life, including humankind and its societies, represents a fantastic reserve of experience and lessons for who observes carefully, and locally, the diverse combinations adopted in reaction to environmental and climatic changes.

 

The fossil record offers a better understanding of what are mass extinctions of biodiversity (an 6 ecological situation that human actions are probably now creating), what strategies of adaptation were deployed successfully or not, with certain species clearly grasping better opportunities than other and thus modifying the structure of the biosphere. Another example is given by the accounts inherited from explorers in Ethiopia, who have depicted the ecological situation of the country: we clearly see that indicators of environmental crises are social constructions, deeply rooted in cultural features, specific historical contexts and personal trajectories. The very processes of indicator construction are part of the scientific analysis of the overall phenomenon. 11 - It is nonsense to set climate apart from environment. Climate is one component of the environmental dynamics, and current human ways of life heavily impact other components as well (e.g., biodiversity). Considering climate alone narrows the spectre of the dimensions to be considered, the current situation being much better depicted as a “global environmental crisis” than as just a “climate change.” The view on the sole climate seems to support the view that “the planet” needs to be saved, whereas a more systematic view on interdependent environments brings to the conclusion that the real issue at stake is the survival of human societies as we know them today, or, in the worstcase scenario, the interrelations between biodiversity and the survival of humankind as such. 12 - Nature conservation, built in direct relation with the realm of culture conservation, is an inescapable political process, mingling local competitions for resources, national impetus aimed at building territories and nations, and geopolitical affiliations framing international epistemic communities. One example is provided by the current framing of environmental issues in terms of gender policy. And for the states, the ability to hold a firm position on the scientific debates about climate change depends on multiple “technical” factors lying in the negotiation process itself. If indicators of environmental crises are socially determined and constructed, the same must be said about the construction of measurable objectives.All in all, social, political, economic and professional interests have largely seized and covered the contemporary debates on the issue, so one can have doubt about the chances to see these debates trigger out deep transformations.

 

This social world turning around the environmental issues (i.e., including climate) has added a new layer of interest and complexity one has to consider in order to look for positive reforms and social transformations for tomorrow in this regard. We hope that the texts that follow will contribute to inspire promising questioning and guidance for change. 15 The CFEE organisers would like to thank the partners of the conference, the French Embassy to Ethiopia, the Institut français, and HoA-REC&N, as well as the following colleagues who have accepted to participate to this event: Zewdu Eshete, Doris Barboni, Berhane Asfaw, Edwin Kumfa, Dong Gill-Kim, Facil Tesfaye, Tesfaye Tafesse, Fesseha Berhe, Guillaume Blanc and Peggy Frey, as well as the Climate Science Centre of Addis Ababa University, and, last but not least, the CFEE team in charge of the editorial work: Orin Gensler and Alexandre Girard-Muscagorry. 

A lire le document en entier ici

Climatic and Environmental Challenges: Learning from the Horn of Africa

Introduction

David Ambrosetti, Jean-Renaud Boisserie and Thomas Guindeuil

Articles à découvrir

Les Africains sont parmi les moins connectés à Internet dans le monde, selon une carte réalisée par deux chercheurs de l’Université d’Oxford au Royaume-Uni. Ralph Straumann et Mark Graham ont recensé sur une mappemonde tous les pays du monde les plus déconnectés de Internet grâce aux données des indicateurs de développement de la Banque mondiale de 2013 et celles de Natural Earth.
 
Les chercheurs qui soulignent qu’il n’existe pas un seuil auquel on peut considérer que la pénétration d’Internet est suffisante disent avoir fait ce travail dans le but d’identifier ceux qui ont un accès à Internet et ceux qui n’en ont pas. Cette carte met en relief la plupart des régions qui ne sont quasiment pas connectées à Internet et par ricochet qui sont "largement tenues à l’écart de la participation aux activités culturelles, éducatives, politiques et économiques" que cet outil accompagne. Selon l’étude publiée sur Geonet, le centre de gravité de ce faible accès à Internet se trouve en Afrique subsaharienne.
 Dans cette région, 28 pays au total ont une faible pénétration à Internet avec un seuil de moins de 10 %, selon les estimations des chercheurs. Les pays en question sont : Bénin, Burkina Faso, Burundi, Côte d’Ivoire, Cameroun, Comores, Congo, Djibouti, Erythrée, Ethiopie, Gabon, Guinée, Guinée Bissau, Lesotho, Libéria, Mali, Madagascar, Mauritanie, Mozambique, Niger, République Démocratique du Congo, République centrafricaine, Rwanda, Sierra Leone, Somali, Tchad, Tanzanie et Togo. Dans le lot des pays ayant la plus faible connectivité figurent des nations très peuplées comme l’Ethiopie (94 millions d’habitants), la République démocratique du Congo (68 millions) et la Tanzanie (49 millions), avec un taux moyen de connexion de 2,6 %.

“Il y a un fossé croissant entre ceux qui sont capables de se connecter facilement sur le marché mondial; et ceux qui restent hors de lui. Pour ceux-ci, un grand nombre d’opportunités sociales, économiques et politiques sont inaccessibles”

Mark Graham, chercheur à l’Université d’Oxford, Royaume-Uni

 

Mark Graham, un des auteurs de l’étude, justifie le faible accès des populations de certains pays africains à Internet par le coût élevé des services et la médiocrité des infrastructures. A l’en croire, plus de 18 pays, dont 14 en Afrique subsaharienne, sont encore confrontés à des coûts d'abonnement à Internet plus élevés que le revenu moyen. Ainsi, selon l’Union internationale des télécommunications, la connexion "haut débit" à Internet coûte plus de 500 dollars par mois en République centrafricaine, en Guinée, au Malawi et au Swaziland. Selon le rapport 2015 d’Internet Society (ISOC), malgré une augmentation de l’utilisation d’Internet dans la plupart des pays du continent, cette technologie demeure chère et beaucoup de personnes restent encore exclues de son usage. Pierre Dandjinou vice-président d’Internet Corporation for Assigned Names and Numbers (ICANN) pour l’Afrique, a expliqué, dans une récente interview accordée à SciDev.Net que "en termes de haut débit fixe, l'Afrique accuse toujours un retard, à 0,5%, comparativement aux 24% de l’Europe et aux 44% de l’Asie et du Pacifique. Nous devons investir davantage dans le haut débit". Selon André Hounga, spécialiste des TIC à Homintec-Togo, une entreprise de télécommunications, le retard en matière de pénétration d’Internet dans certains pays d’Afrique résulte d’un manque de stratégie et d’engagement des politiques dans ce secteur. Car, le continent est relié par plusieurs câbles sous-marins et la fibre optique, mais la distribution de lignes se limite surtout aux côtes et ne pénètre pas véritablement encore à l'intérieur des terres. Du coup, Mark Graham estime qu’il reste encore beaucoup de travail à faire, notamment "la pose de câbles pour servir une grande partie de la population".
 En attendant, "il y a un fossé croissant entre ceux qui sont capables de se connecter facilement sur le marché mondial; et ceux qui restent hors de lui. Pour ceux-ci, un grand nombre d’opportunités sociales, économiques et politiques sont inaccessibles", explique Mark Graham. "Il y a beaucoup d'espoir que l'Internet sera un facteur clé du développement économique dans le monde. Cependant, la base de preuves reste plutôt mince. Nous ne savons toujours pas vraiment s’il est logique d'investir des ressources limitées pour améliorer la connectivité ou alors dans des secteurs comme la santé ou l'éducation", conclut-il.

Christophe Assogba

Le taux d’accès à internet reste faible en Afrique

Crédit image: FLICKR / World Bank Collection

C’est une première dans l’histoire de Djibouti. En mai, un ministère délégué à la Décentralisation a vu le jour lors de la formation du gouvernement, comme pour sanctionner le fait que l’aménagement du territoire reste un grand chantier à accomplir. Une tentative avait déjà été lancée en 2006, au lendemain des premières élections locales organisées dans le pays. « L’initiative était cependant restée sans suite », rappelle Hamidou Ongoiba, consultant pour le Pnud sur les questions de décentralisation, un sujet ô combien sensible en Afrique.

 

Une volonté politique en marche

Ce Malien connaît bien les problématiques propres à Djibouti en la matière, puisqu’il avait déjà été dépêché sur place en 2006. Dix ans plus tard, il rouvre le dossier, avec cette fois le sentiment de pouvoir mener à bien sa mission. « La nomination d’un jeune ministre [Hamadou Mohamed Aramis], issu du développement local, témoigne de la prise de conscience des dirigeants politiques djiboutiens de l’importance de la réforme à mener », veut croire Hamidou Ongoiba, qui, à son arrivée à Djibouti, le 5 septembre, a rapidement eu confirmation de son impression. En octobre, Hamadou Mohamed Aramis a réussi à réunir autour de la table huit ministres, dont plusieurs poids lourds du gouvernement, ainsi que les secrétaires généraux des autres ministères, sans oublier un représentant de la présidence. « Il agit comme un véritable chef d’orchestre et, grâce à son sens de la diplomatie et au soutien du chef de l’État, il est en passe de gagner son pari », reprend l’expert malien. Lui est là pour aider le ministre à définir la feuille de route qui doit être mise en place afin, dans un premier temps, de procéder à la déconcentration des services publics hors d’une capitale qui représente à elle seule 75 % de la population du pays et 90 % de la formation des richesses.

 

La question fiscale

Côté décentralisation, il ne semble pas nécessaire de démultiplier les niveaux de responsabilité et, donc, les coûts de fonctionnement pour se rapprocher de la population. Mais il reste à définir un cadre juridique pour accompagner les transferts de compétences de l’État vers les collectivités territoriales. « Le grand point d’interrogation concerne la définition d’une vraie fiscalité locale, même symbolique », souligne Hamidou Ongoiba. Nombre d’expériences de décentralisation à travers le continent montrent que la faiblesse des taux de recouvrement fiscal empêche toute indépendance financière des collectivités locales. Souvent, les moyens de ces dernières se résument encore aux seules subventions accordées par l’État central ou par les bailleurs de fonds. «

Il faudrait les convaincre de financer non pas les projets mais les structures qui en sont chargées, estime par ailleurs le consultant du Pnud. Encore faut-il pour cela que les compétences existent sur place. » C’est le cas dans les cinq chefs-lieux régionaux de Djibouti. « Reste à savoir s’ils ont les moyens techniques de remplir leurs missions pour accompagner cette décentralisation », s’interroge encore Hamidou Ongoiba, qui doit rendre son rapport à la fin de cette année.

Olivier Caslin

À Djibouti, la décentralisation est en marche

 
 
 

Une nouvelle campagne pour lutter contre la dégradation des sols

Cette année, la Journée mondiale des Nations Unies pour la lutte contre la désertification sera célébrée le 17 juin et les Nations Unies ont lancé un programme de lutte contre la dégradation des sols afin de créer des emplois et de renforcer la sécurité alimentaire. L'Afrique possède certaines des terres les plus dégradées du monde et, selon les experts, elle arrive en deuxième position après l'Asie, en matière de dégradation des terres à l'échelle mondiale.
 
"Notre terre. Notre maison. Notre avenir" : tel est le slogan de la Journée mondiale des Nations Unies pour la lutte contre la désertification, selon une déclaration de la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification (CNULCD) publiée le mois dernier (9 février). Monique Barbut, principale conseillère de l'ONU pour la lutte contre la désertification et la sécheresse, affirme que la terre est un outil intemporel pour la création de richesses, mais explique qu'il n'y a pas de solution miracle à la dégradation des terres.

L'investissement dans la restauration des terres dégradées est essentiel pour améliorer la sécurité des aliments et des revenus des ménages.

Oliver Wasonga, Université de Nairobi


"La solution dépend beaucoup du diagnostic du sol local et des conditions climatiques, qui peuvent varier beaucoup, même à courte distance", a déclaré Monique Barbut à SciDev.Net. "Cette année, nous allons engager une campagne de réinvestissement dans les terres rurales et libérer leur potentiel massif de création d'emplois, du Burkina Faso, pays hôte de la célébration mondiale de la Journée mondiale de la lutte contre la désertification, à l'Ukraine en passant par l’ltalie, Sainte-Lucie et le Mexique."
Batio Bassière, ministre de l'Environnement, de l'Economie Verte et du Changement Climatique du Burkina Faso, ajoute : "Depuis le début des années 80, nous avons réhabilité des terres dégradées en nous appuyant sur nos techniques traditionnelles comme le Zaï ou en adoptant de nouvelles techniques, notamment la régénération naturelle gérée. Nous prévoyons que la dégradation des sols sera neutre d'ici à 2030." Pablo Muñoz, un responsable de programme du mécanisme mondial de la CNULCD, a pour sa part déclaré à SciDev.Net que la dégradation des terres coûte à l'Afrique environ 65 milliards de dollars par an, soit environ 5% de son produit intérieur brut. À l'échelle mondiale, le coût de la dégradation des terres est estimé à environ 295 milliards de dollars par an.
 
Sasha Alexander, responsable des politiques de la CNULCD, explique que la dégradation des terres augmente les chances des familles vivant en zone rurale de faire face à la faim et réduit l'eau de pluie qui s'infiltre dans le sol, ce qui diminue la capacité des eaux souterraines à reconstituer les rivières, les lacs et les puits. Selon Oliver Wasonga, spécialiste de l'écologie des terres arides et des moyens de subsistance pastoraux à l'Université de Nairobi au Kenya, les investissements dans la gestion durable des terres sont particulièrement rares, surtout dans les zones arides et de nombreuses communautés vivant dans les zones rurales perdent leurs moyens de subsistance, en raison de pertes de productivité résultant de la dégradation des sols.
 
"L'investissement dans la restauration des terres dégradées est essentiel pour améliorer la sécurité alimentaire et le revenu des ménages, en particulier pour la majorité de la population rurale africaine qui dépend presque entièrement des ressources naturelles pour sa subsistance", a-t-il déclaré à SciDev.Net, ajoutant que la gestion des terres durables est la clé de la lutte contre la pauvreté et l'achèvement des objectifs de développement durable. La Journée mondiale des Nations Unies pour la lutte contre la désertification n'a de valeur que si elle peut être utilisée pour mettre en valeur les réussites susceptibles de motiver les utilisateurs des terres, les décideurs, les agences de développement et les investisseurs privés à s'engager dans les pratiques de gestion durable des terres (GDT).
 
Selon Oliver Wasonga, la désertification affecte environ 45% de la superficie du continent. L'expert appelle les gouvernements africains à élaborer des politiques qui favorisent la gestion durable des terres et plus particulièrement celles qui visent à restaurer les terres dégradées.
 
L'implication des usagers de la terre ou des communautés est la clé du succès de toute tentative de promotion de la GDT et de la restauration des terres dégradées. Ces approches devraient chercher à intégrer des pratiques coutumières peu coûteuses qui sont familières aux communautés, explique encore Oliver Wasonga. "Il est également nécessaire de sensibiliser et de motiver le secteur privé à investir dans la GDT", estime Oliver Wasonga. "Le paiement des services écosystémiques devrait être encouragé afin d'inciter les collectivités à utiliser les terres de manière durable."

Stéphanie Achieng'

Les eaux usées, le nouvel or noir

Selon le dernier rapport des Nations unies sur l'eau, à l'échelle mondiale, plus de 80% des eaux usées sont rejetées dans la nature sans traitement, alors qu’elles pourraient être réutilisées et servir à résorber la crise de l’eau. Les experts estiment que les eaux usées, qu’elles proviennent des ménages, de l’agriculture ou de l’environnement, ne doivent pas être perçues comme une nuisance, mais comme une source potentielle d’énergie et de nutriments pour une population mondiale en pleine croissance. "Ne pas tenir compte des opportunités découlant de l'amélioration de la gestion des eaux usées n'est rien de moins qu’impensable", a déclaré Irina Bokova, directrice générale de l'Unesco, l'un des nombreux organismes du système des Nations Unies impliqués dans le rapport, publié à l'occasion de la Journée mondiale de l'eau. Ne pas tenir compte des opportunités découlant de l'amélioration de la gestion des eaux usées n'est rien de moins qu’impensable.” Irina Bokova, DG UNESCO.

Le rapport mondial sur l'eau est un rapport annuel et thématique qui se concentre chaque année sur différents enjeux stratégiques de l'eau et vise à fournir aux décideurs politiques les outils pour mettre en œuvre une utilisation durable de nos ressources en eau. Il comprend également des aspects régionaux, des exemples et des illustrations, ce qui le rend pertinent pour un large éventail de lecteurs, à différents niveaux et dans différentes zones géographiques.
 Intitulé "Wastewater: The Untapped Resource - Eaux usées: la ressource inexploitée", le document de 200 pages attire l’attention sur le fait que plus de 800.000 personnes meurent chaque année à cause de la consommation d’eau contaminée et de l’impossibilité de se laver convenablement les mains.
 
Il recommande une gestion soigneuse à chaque étape du cycle de l’eau : prélèvement, prétraitement, distribution, consommation, collecte et post-traitement, utilisation des eaux usées traitées et retour dans l’environnement où un nouveau cycle peut alors commencer. Le rapport note qu'à l’horizon de 2050, la population mondiale devrait croître d'un tiers et atteindre plus de 9 milliards d’âmes. Le monde aura alors besoin de 55% de plus d'eau et 70% de plus d'énergie, estiment les Nations unies.

Eau: Quelques chiffres-clés

2,4 milliards                           Nombre de  personnes dans le monde sans accès à des toilettes adéquates

663 millions                           Nombre de personnes dans le monde - une personne sur dix - sans accès à de l'eau potable.

315 000                                    Nombre d'enfants de moins de cinq ans qui meurent chaque année de maladies diarrhéiques causées par l'eau sale

42%                                          Pourcentage des établissements de santé en Afrique sans accès à l'eau potable.

 

Source: Water Aid

La croissance de la population entraînera également une augmentation de 70% de la demande d'aliments, ce qui exercera une pression accrue sur l'eau, en raison d’une plus forte demande liée aux activités agricoles, considérées comme la principale source de consommation d’eau. Un plus grand nombre de personnes signifie également davantage d'eaux usées, y compris celles provenant de l'assainissement, que les gouvernements se sont engagés à améliorer dans le cadre des objectifs de développement convenus par les Etats membres de l’ONU, en 2015.
 
Par ailleurs, l'augmentation des eaux usées est l'un des plus grands défis associés à la croissance des établissements informels dans les villes en expansion rapide dans les pays en développement, indique le rapport. Face à tous ces défis, le rapport détaille une stratégie en quatre volets pour faire passer les eaux usées du statut de problème à celui de solution. Outre la réduction de la pollution à la source, les initiatives politiques doivent se concentrer sur l'élimination des contaminants des eaux usées, la réutilisation de l'eau et la récupération de sous-produits utiles, estiment les auteurs. Jusqu'à présent, font-ils valoir, les décideurs se sont principalement concentrés sur l'approvisionnement en eau potable plutôt que sur la gestion de celle-ci après son utilisation. Ils relèvent qu’en fait, "les deux aspects sont inextricablement liés."

Amzath Fassassi

 
 

© 2016 IRICA

253.21.35.17.07/ Salines Ouest, Lot 175/ irica.info@gmail.com

  • w-facebook
  • Twitter Clean
  • w-googleplus