Nouveaux articles 

Limning the Contours of a New Form of Connectivity : African Solutions for African Prob

"Culture is considered in different ways by anthropologists. Some consider it a catalogue of traits, such as beliefs, knowledge, technics, arts, etc., which characterize and encompass a person or a society. Some others give more importance to the process of acquiring these characteristics or traits"

In 2011, I met for the first time a Somali child whose parents had decided to make him a dhaqan celis, literally, "return to culture", which refers to the fact that Somali parents from the international diaspora sometimes send their children back home for different reasons which we will see below. This twelve-year-old child was born in Netherlands, from Somali parents. He had shown serious behavioural problems according to his entourage (disobedience, anger, opposition, provocation, etc.) at home and at school. This led the school director to summon his parents one day after a major crisis that led to the intervention of the police, to tell them that they could no longer keep their child in the school and that he needed to be brought into a specialized institution... ...I saw him two or three times later and at each time I was told by his father or grand-father or by any other person of his family, the "nonsense" he had done lately, such as smoking a butt, arguing with passersby, wandering for hours outside the house, leaving for adventure by taking a bus at random and so on. It was not easy to "hold" him. Being neither a psychologist nor a paediatrician, it was difficult for me to describe this type of behaviour, but this child reminded me a lot about those children who are called in Somali qalqaali, that is to say “restless, uncontrollable , turbulent”. That's all! One could find him alive, enterprising, too extroverted and dispelled. He did not understand the authority of parents and elders and required extremely important attention, which is not always easy for single parents, who work and have many children, to give it. Culture, education and psychology are interwoven in the case of this child...but what this means exactly? Are these notions truly disconnected? ... I thought of these young people, whose parents migrated to the western countries to improve their living conditions and who were torn apart (socially and psychologically) between two or more cultures, between two or more worlds. Fortunately, the majority of these kids manage somehow to develop a sort of median, semi-official culture, marginalized by some and decried by others, until they find the dominant cultural trend of the place where they live... ......

 

I. Introduction of Chapter I

 

Culture is considered in different ways by anthropologists. Some consider it a catalogue of traits, such as beliefs, knowledge, technics, arts, etc., which characterize and encompass a person or a society. Some others give more importance to the process of acquiring these characteristics or traits. These include Radcliffe-Brown (1952: 4–51) who defines culture as: …the process by which a person acquires, from 4 In 1871, Edward Burnett Tylor gave his well-known and now most-quoted definition of culture in his work Primitive Culture. According to him, “[Culture] is that complex whole which includes knowledge, beliefs, arts, morals, laws, customsand any other capability and habits acquired by [a human] as a member of society."3 Though this definition has been elaborately discussed and refuted by many scholars (Kroeber and Kluckhohn, 1952), it still remains relevant, causing UNESCO to refer to it as the common definition4 , and Spencer & Aout (2012) as being the “foundational definition for anthropology”. Does this mean that almost one and half century of continuous effort has not thrown up how to formulate a common theory to explain the different aspects of this concept? Or is it because, as L. Lowell wrote in 19155 , “there is nothing in the world more elusive than culture”, and that “one cannot define or circumscribe it”, since “it has no precise bounds”? Is culture like the elephant in the dark house described by blind people? Kroeber and Kluckhohn (1952) provided about three hundred definitions of culture in their book and came to the synthetic conclusion that “culture consists of patterns, explicit and implicit, of and for behaviour acquired and transmitted by symbols, constituting the distinctive achievement of human groups, including their embodiments in artefacts; the essential core of culture consists of traditional (i.e., historically derived and selected) ideas and especially their attached values; culture systems may, on the one hand, be considered as products of action, on the other as conditioning elements forfurther action (1952:181)6 ”. This definition contains the basic notions of the different conceptions about culture, but fails to reveal the interrelations between these notions. White, reviewing Kroeber and Kluckhohn’s work, opines that the book, even with the attempt at providing a compendium of definitions of culture, has not provided any clarification about what culture is. “I believe that confusion has increased as conceptions of culture have been multiplied and diversified” White (1959)7 . In fact, speaking about system or systems without discussing the relationships between the elements of any such specific system, is like describing a tree as being made of branches, leaves, flowers and fruits without perceiving the unity of all these elements. The question, then, is how to reconcile all these conceptions of culture. How to reconcile the diverse approaches employed in Anthropology, Sociology, Psychology or Biology, without running a risk of a blissful but inconsistent syncretism? To answer this question, it is necessary to go back to the fundamental structure of culture, to delve into its atomic structure and determine its elementary components. From such a vantage point, it is possible to find consistent and common points in all the conceptions and definitions of culture… Background Even though the notion of culture is so common and significant for each of us, it is nevertheless difficult to delimit and define it. It has become trivial, even among 5 anthropologists, to consider it as being everything. Number of disciplines, from Philosophy to Anthropology, through Sociology, Psychology and even Biology and Ethology have approached the term in so many different ways. The result of that recalls the metaphor of the elephant in a dark room described by blind people. Whatever one says, the description will always be partial, because everyone has access to a part of the cultural puzzle. However, it was noticed that the different conceptions ofculture, rather than the contradiction of each other, are used to describe the different levels of culture corresponding to different levels of life development. For an instance, the elitist approach which has dominated the Nineteenth Century (cf. Matthew Arnold, 1867) and had its principal support from the Evolution of Species theory, refers to the highest level of human development as the scholars used to perceive it at that time. They base their assumptions on the analogy with the agricultural field which the word “culture” derives etymologically and refers to the “development of intellectual faculties of man opposed to what he would have if he stays in his natural state”. Indeed, “natural state” refers to a person who is barren of intellectual work, like a field which is not laboured. This elitist meaning still exists nowadays and even has strong support from contemporary intellectuals8 opposed to cultural relativism and mass consumerism. In the first part of the last century, structural anthropology developed by Franz Boas9 , Edward Sapir10, Claude Lévi-Strauss11, etc. introduced another view which emphasises on the relativism in the hierarchy of cultures defended by elitists and evolutionists such as Arnold, Spencer, Taylor or Morgan, the latter believing that culture proceeds from “savagery” to “civilization” passing through “barbarism”. With the development of ethology on the one hand and molecular biology on the other, a wider perspective of culture comes up. What are the common points of all these conceptions? If culture is to be approached as a scientific object, new insights are needed to formulate a synthetic idea about the main theories or conceptions. Having considered the foundations of various theories, from that of Matthew Arnold (1867), to that of the Neo-Darwinist ethologists and biologists of the second half of the last century postulating a parallelism between biological evolution and the evolution of culture (Richard Dawkins, 1976, 2006, Dennett 1995, Blakemore 1999), we will endeavor to identify the essential contribution of each approach, before presenting the hypothesis which will be explained and lent credence in this book and which could 6

 

II. Introduction of Chapter II

 

Preamble In a review of an article written by Ahmed I. Samatar (2001)12, Ali Jimale13 recalls the metaphor of the man who has lost the key to his house and was looking for it under a streetlamp, but without finding it. When he was asked if he was sure he lost it there, he replied “No!”, and pointed his finger towards a remote dark place. So, why was he looking for it at that place? “Because’, he said, “there is no light over there.” From that, Jimale concludes his comments: Perhaps that is what we all are doing: looking for answers in a place much traveled. After all, human footprints give solace to the traveler. And herein, lays the irony: the path trailblazed by early footprints deny the new traveler the courage to survey a new path. Talk about dictatorships! We are still beholden to the past, whether it is anthropology, I.M. Lewis, clannism or Somali tradition. The time has perhaps come to initiate a new way of looking at things, a new way that could take us away from the place lit by a solitary circle of light. I do not know what Jimale had in mind when he was saying “to initiate a new way of looking at things”, but it is, in fact, what is fundamentally needed today to really “restore hope” amongst Somalis. I am aware of the tremendous challenge this proposition represents, but at the same time, the approach proposed here is in no way revolutionary, since it has an explicit and well-known theoretical basis. It corresponds to a pragmatic approach which is deeprooted in the modus vivendi culture which is dear to the Somalis. Dominant narrative There is a dominant narrative in the presentation of Somali history from the 60s until today, which is somewhat consistent with the principles of classical historiography. We are told how certain events gave rise to some other events, which, in a continuous series of causes and effects, gave birth to the present situation of the Somalis. For instance, many scholars and analysists explain that Somalia’s central government collapsed because of the discrepancy between the Somali clan mode of organization and the newly adopted democratic system which had first led to a chaotic governance and then to the political coup of 1969 and the dictatorship of Siyad Barre. The latter, due to the clan manipulation system of governance put in place by the regime itself, led progressively to the final failure of the Central government on 1991…. This scenario of Somalia State failure is built on the curious assumption that all Somali political leaders from the independence until today have failed14 “due to irresponsible policy, power greed and corruption”15 or because under their governance” power and access to it was pursued as an opportunity to promote, at the state and sub-state levels, the vested interests of 7 the given class and/or clan to which that elite belonged ».16 And of course, the worst of them was Siyad Barre who ransacked the country because it brought to a pinnacle all the defects of Somalia: clannism, social conservatism, nepotism, the will of territorial conquest, etc. We do not share this analysis. …The postulate behind this interpretation of events is that man makes history. Our assumption, however, is that nature makes history and man tells stories about it and we will try to show how, through the concept of “the Somali Unity Political Project” (labelled SUPP here) and its evolution. The idea will be, first, to illustrate how all along the decades and centuries, history seems to portray this unity in a certain way and how Somalis, during all the last century, have tried to portray it in another way. This gap, creating continuous discordance and disharmony, led up to the final collapse of the Republic of Somalia…. We will then move the discussion forward with the historical dynamism manifested amongst Somalis and also in the world and how to maintain or reinforce this informal but yet powerful unity of the Somali nation. To do this, we will introduce a new paradigm about Somaliness, based on one of the most extraordinary components of Somali heritage: the xeer-dhaqameed (traditional law). This law emphasizes that hard work starts from the ground: hanta guntaa laga toolaa (“a wooden bucket is sewn from the bottom.”).

Limning the Contours of a New Form of Connectivity : African Solutions for African Problems 

 
If by globalization we mean the free movement and circulation of ideas, people, and commodities, then the kind of connectivity implicit in my speech is one that gauges the content, reach, drift, extent, and purpose of communication among Africans

We live in interesting and challenging times, to quote from a purportedly age-old Chinese adage that never ceases to be relevant. Our time is the best of times and the worst of times. It is also the worst of times in that history has mercilessly deposited us at a crossroads; and crossroads, by nature, baffle the traveler. This is the time when old ideas unmitigated by wit cannot help; it is also a moment in time when the future is still in its inchoate or embryonic stage. But our times also represent the best of times, for there are two ways to look at calamities or apocalyptic events. We could view the apocalyptic as a ground for despair, to paraphrase Gerald Graff. You could also see it, and seeing is an act of interpretation - as a ground for hope.  In short, the apocalyptic could be interpreted through its antiphony, the visionary. Apocalypse, as you know, signifies rebirth, renewal. It is the end of the world as we knew it or have known it. And the end, as in all endings, is a prelude to a new beginning. And while it is painful to be living in a time when self - both communal and individual- and history collide, it is also a moment of immense opportunity, as truth, to paraphrase a Somali proverb, is born or created at the dissolution of another truth.   
What the times - difficult as they might be- allow us, then, is to imagine new ways of confronting problems. They help us rethink the past, and envision a better future. Thus, the rallying (epiphanal) cry around which coalesces the slogan “African solutions to African problems” involves nothing less than looking at the world with fresh eyes, which implies transforming our consciousness. By consciousness is meant a process through which a person’s mind becomes aware or cognizant of something and in the process becomes willing to strive for its realization.  With our consciousness thus transformed and equipped, our surroundings and the world beyond would no longer be able to taunt us, as before. The plural sense of the transformation is intentional. A transformation that does not go beyond an individual consciousness cannot claim to bring about or usher in a new way of looking at the world. The kind of consciousness transformation alluded to here is best captured by a Somali proverb: “Cir tarraaray rag tashaday waa tolikaraa, taako labadeede” (After steep consultations, men of good will could mend holes in the sky). The operative words in the proverb are: “consultations,” mend, and the phrase “holes in the sky.” Consultations imply or spring forth from discourse, discussions, and debates where the participants seriously reflect on the issues and are allowed to freely formulate their views, while at the same time upholding the rights of others to speak their mind. The implication here is that the outcome of such consultations would empower the community or the participants to perform duties they would otherwise be unable to accomplish individually or under tyrannical conditions. In short, the community, after lengthy, robust and fruitful consultations, would be able to commission expeditions to repair holes in the sky. (Imagine the power and reach of this African proverb, no doubt coined before the age of Sputnik satellites and Apollo spaceflights.).  For my purposes here, the operative term that interests me most is “consultations,” as all subsequent actions hinge on it, as it points to how the coming together of a community to chart its own path may be freed from the tyranny of the quotidian. Consultations allow the community to produce ideas by harnessing the best minds available in its midst. And here is where the concept of connectivity assumes a new meaning for me. Connectivity entails the ability, the willingness, to reclaim our narrative, reinterpret it, and rethink and reproblematize its contours.  The emphasis here is on a kind of connectivity in which Africans become aware of the existential threats arrayed against them. 


This kind of connectivity is spearheaded by subjects who are aware of their historical responsibility and who are empowered as agents able and willing to take their destiny into their own hands. Connectivity thus viewed is “globalization writ African, writ human.” If by globalization we mean the free movement and circulation of ideas, people, and commodities, then the kind of connectivity implicit in my speech is one that gauges the content, reach, drift, extent, and purpose of communication among Africans - of all shades of knowledge, countries, cities, and across time and space. Being connected means being an active member of a community, a place, a movement. More important, being connected means knowing “why.”   The new connectivity therefore calls for a willed intention with roots in a nuanced political consciousness. This demand necessitates the need for a new appraisal of the African condition.  
And it is here where I propose to shift the terms of the debate. The call, oftentimes, prioritizes peace-keeping efforts that are in the main meant to correct, mend, or bolster a broken system. Peacekeeping more often than not points to a simple fact, namely, civility and bonds are given to the dogs. The peacekeeping precept or effort, then, is a way to create a breathing space for the combatants in the hope of reviving those broken communal bonds, and bringing back a sense of national consciousness. My argument in this speech is to imagine the terms of the debate a bit differently. Peace and its dividends are not lost on the African people. Societies are aware that with peace come prosperity and a modicum of stability, that war and the threat of war instill fear and unease in the minds of people. A Somali adage has it that “Men’s real ‘gogol’ or bed is peace. (“Rag gogoshii waa godob la’aan.”) Only in the absence of fear of retribution would men be able to sleep well, in peace.  The operative phrase is “godob la’aan” (without a prior or unattended “injury.” That is, the victim’s relatives were not given any form of solatium or compensation for this injury.  In short, it’s obvious that without peace, no human would be able to function in society. What I would rather propose is that we imagine a time before the conflict, when conflicts could be averted, in much the same way we could build dikes and barriers to proactively protect a city, a country, from flooding. Again, a Somali proverb says, “Daad inta uusan ku soo gaarin ayaa la iska moosaa,” meaning, before flooding strikes or reaches you, make sure that you protect yourself against it. It simply means: to prevent flooding, construct levee dikes or walls. (Put simply: Prevention is better than cure.) Now how do we avert the dangers of imminent conflicts, those that are in their inchoate stages?  
Let me finish my short article with some proposals for the future.  

 

We must own our research agenda, imbue it with our values, a robust African normative vision, with a locally conceived, locally-tailored epistemology. 
We must shift the terms of the debate away from purely reactive concepts like peacekeeping.  
We must understand that the slogan, “African Solutions to African problems,” as a call for action, one that emanates from the depths of a people willing to unleash a new subjectivity, willing to become catalysts for the change they hope to see. 
We must transcend the myopic, mutual suspicions among African leaders (whose head should go on the block? Remember the story of the three oxen and the shrewd hyena).  

We must do all the heavy lifting necessary for our wellbeing/development, if we wish to reverse the hemorrhage that is slowly killing us; a hemorrhage that has given us nothing but a triage economy, a triage everything, including the young and the able-bodied of the continent dying in coffin ships reminiscent of the Middle Passage; only this time, we are rushing to our own death.  
We must understand how each country’s liberation, including African women’s liberation, is tied to the total emancipation of the African people. 
We must remember Bell Hooks’s apt observation about the requisites for being a community: “we were a community, not because we were black, but because of what we did together.” 
We must cultivate the need for what I would call “dialectical anticipation”, something akin to the Nchi bird’s practical wisdom culled from heuristic observations of its world: Ever since men learned how to shoot straight, I also learned how to dodge their bullets. (African leaders and even scholars are oftentimes taken aback by the crispiness of the argument/ points/discussion of their counterparts.)  
The new connectivity and the call for African solutions to African problems do not advocate a kind of epistemological nihilism; we could and should learn from other people’s experiences; the need is to contextualize the experience.  
Finally, we must remember that it’s only the shoe wearer who knows where the shoe pinches; and that chance favors the prepared mind 

 

Woza Africa! Rise up, Africa!  

 

Ali Jimale Ahmed Professor and Chair Department of Comparative Literature Queens College, CUNY 

Circulaire du 13 septembre 2017 

Ce texte concerne « la circulation des fonctionnaires » et semble réglementer « leurs sorties du territoire ». Je dis « semble réglementer », car le texte se réfère à une réglementation existante en la matière, « leurs sorties doivent s’effectuer conformément aux lois et règlements en vigueur », mais les références de ces lois et règlements ne sont pas cités. 

L ’interdisciplinarité est une approche qui s’impose aujourd’hui dans la recherche scientifique. Elle est induite par la complexité des phénomènes étudiés et la nécessité d’affiner nos modes d’investigation et de connaissance. Chaque sujet étudié a des implications et des interactions dans différents domaines, et il devient nécessaire d’associer les compétences en jeu afin d’appréhender les objets d’étude dans leur globalité.  
Pour illustrer ce sujet, nous allons prendre un exemple concret d’un texte juridique qui  interpelle par sa complexité linguistique d’une part, et ses conséquences juridiques d’autre part. La structure syntaxique conditionne l’interprétation sémantique qui ellemême détermine les implications juridiques. Nous allons donc commencer par une analyse syntaxique et sémantique, pour déterminer la ou les significations linguistiques du texte, avant d’aborder sa dimension juridique.  
Ce texte est une circulaire de la Primature datée du 13 septembre 2017 et référencée 987/PM. Il concerne « la circulation des fonctionnaires » et semble réglementer « leurs sorties du territoire ». Je dis « semble réglementer », car le texte se réfère à une réglementation existante en la matière, « leurs sorties doivent s’effectuer conformément aux lois et règlements en vigueur », mais les références de ces lois et règlements ne sont pas cités. Est-ce une circulaire rappelant un texte réglementaire déjà existant en matière de circulation des fonctionnaires, ou est-ce une  circulaire édictant une nouvelle réglementation  qui s’appuie sur des textes existants, il nous paraît difficile de statuer. Mais cela a peu d’intérêt pour nous pour l’instant, étant donné que notre objet premier est de soumettre une analyse linguistique au passage central autour duquel s’organise le texte de la circulaire. Cette phrase noyau est celle-ci :  
Phrase P : « …seuls les fonctionnaires munis d’un ordre de mission en bonne et due forme sont autorisés à voyager dans le cadre de leur mission de travail autorisée à l’étranger. » 
Cette phrase est complexe à la fois syntaxiquement, puisqu’elle comporte plus qu’un verbe conjugué, et sémantiquement étant donné qu’elle appelle à plusieurs interprétations. Sur le plan syntaxique, la phrase est structurée en plusieurs syntagmes qui s’articulent autour de la tête verbale, sont autorisés.   Le deuxième élément principal de la phrase est le noyau nominal fonctionnaires. Le verbe autoriser, un verbe à double valence, attire ici un objet indirect formé à partir de la préposition à. Nous avons donc, à première vue, trois têtes de syntagme pour former cette construction classique constituée d’un sujet et d’une prédication verbale : les fonctionnaires sont autorisés à voyager. Tous les autres éléments de la phrase P conditionnent et limitent à la fois l’actualisation et la portée du procès indiqué par la prédication.  
L’ordre des mots n’est pas aléatoire dans la phrase ; de la hiérarchisation de ses différents éléments et de leurs rapports fixés par la structure syntaxique découle sa signification. Ainsi la phrase, Seuls les fonctionnaires n’ont pas le droit de voyager, n’a pas le même sens que Les fonctionnaires n’ont pas le droit de voyager seuls. Le déplacement du terme « seuls », qui a une fois une fonction d’épithète à valeur adverbiale, et une autre fois une fonction d’attribut du sujet, modifie le sens de la phrase.  
En plus du déplacement, d’autres manipulations syntaxiques, telles que la suppression, le remplacement, l’addition, ou l’encadrement, permettent de dégager la hiérarchie et les fonctions des différents éléments de la phrase. En procédant à ces différentes manipulations, il s’avère que cette phrase, en raison de sa structure et de l’absence d’indices typographiques (virgules, parenthèses, etc.), acquière plusieurs significations.  
Avant de nous intéresser à cette phrase elle -même, et pour montrer la complexité dont on parle ici, il suffit de considérer les phrases suivantes : 
a. Seul un enfant âgé de plus de dix ans est autorisé à voyager. b. Seul un enfant âgé de plus de dix ans est autorisé à voyager en bus.  c. Seul un enfant âgé de plus de dix ans  est autorisé à voyager en bus malade. d. Seul un enfant âgé de plus de dix ans est autorisé à voyager en bus malade à l’étranger.  Parmi ces phrases, seules les phrases a et b ont un sens univoque. Les deux autres peuvent avoir des sens multiples en fonction de la hiérarchie et des relations entre les différentes composantes de la phrase. 

Pour ce qui concerne la phrase P, qui nous intéresse ici, le premier sens auquel le lecteur peut avoir accès est celui-ci : 

Sens 1 : Seuls les fonctionnaires munis d’un ordre de mission sont autorisés à voyager à l’étranger. Ici, on peut  supposer la suppression du syntagme prépositionnel à l’étranger qui pourrait n’avoir ici qu’une fonction illocutoire, étant donné que « voyager » signifie pour beaucoup un « déplacement hors du territoire ». Syntaxiquement le syntagme adjectival munis d’un ordre de mission n’est pas essentiel pour la compréhension de la phrase et pourrait être effacé, mais cela changerait radicalement le sens de la phrase. La phrase réduite à ses éléments essentiels se résume alors ainsi : Seuls les fonctionnaires munis d’un ordre de mission sont autorisés à voyager. C’est le premier sens qui apparaît à la lecture du texte.  

 

Sens 2 : Seuls les fonctionnaires munis d’un ordre de mission sont autorisés à voyager, dans le cadre de leur mission de travail. En prenant en compte à présent la fonction du syntagme prépositionnel, dans le cadre de leur mission de travail, le sens de la phrase P devient ambigu. En effet, ce syntagme peut être interprété comme un apposé au syntagme verbal, auquel cas il apporte une précision, un renseignement complémentaire. Il est alors un syntagme autonome du syntagme verbal qui peut être déplacé [exemple : Dans le cadre de leur mission de travail, seuls les fonctionnaires munis d’un ordre de mission sont autorisés à voyager ou encore seuls les fonctionnaires munis d’un ordre de mission sont autorisés, dans le cadre de leur mission de travail, à voyager], ou même être supprimé. La phrase serait dans ce cas formée de trois constituants indépendants : un syntagme nominal [seuls les fonctionnaires munis…], un syntagme verbal [sont autorisés à voyager] et un syntagme prépositionnel [dans le cadre de leur mission de travail]. En raison des relations de dépendance et de hiérarchie discutées ici, le syntagme prépositionnel ne conditionne pas la réalisation de la prédication, il ne fournit qu’une information secondaire qui peut même paraître redondante. Elle aurait la même valeur sémantique que la proposition en apposition dans cette phrase-ci : Seul un enfant âgé de moins de dix ans est autorisé, dans le cadre de sa scolarité, à prendre le bus de l’école. Cette proposition enchâssée peut être effacée sans que cela ne modifie le sens premier de la phrase. Cette interprétation syntaxique aurait  alors le même sens que le sens 1 signalé cidessus, à savoir : Seuls les fonctionnaires munis d’un ordre de mission sont autorisés à voyager. Mais le syntagme prépositionnel peut syntaxiquement être interprété différemment et généré le sens 3 qui est discuté ci-dessous :

 

 Sens 3 : Seuls sont autorisés à voyager dans le cadre de leur mission de travail les fonctionnaires munis d’un ordre de mission. Autrement dit : Pour pouvoir voyager dans le cadre de leur mission de travail, les fonctionnaires doivent être munis d’un ordre de mission. Le sens 3 apparaît si le syntagme prépositionnel dans le cadre de leur travail est régi par le noyau verbal voyager. Dans ce cas, ce syntagme aura valeur de complément du verbe et ne pourra être supprimé sans affecter le sens de la phrase. Tout comme dans la phrase Ils sont autorisés à voyager à pied,  on ne peut effacer à pied sans transformer le sens de la phrase.  Contrairement au cas évoqué dans le sens 2, ici la phrase P serait constituée de deux syntagmes (nominal et verbal), le syntagme prépositionnel, dans le cadre…, faisant partie du syntagme verbal.  Ainsi, si la structure syntaxique de la phrase est interprétée dans ce sens alors l’ordre de mission ne conditionne pas le voyage, mais le voyage effectué dans le cadre du travail. A l’oral, une intonation particulière frappe le groupe prépositionnel avec un accent tonique sur le terme cádre pour le relier à la prédication verbale. A l’écrit, l’absence d’une virgule, le séparant du syntagme verbal, indique la relation de dépendance vis-à vis de ce dernier. Les conséquences qui en découlent, en terme de droit, ne sont pas les mêmes dans le sens 1 que dans le sens 3. Dans le sens 1, il est implicitement notifié que les fonctionnaires ne peuvent voyager sans un ordre de mission, autrement dit leur statut de fonctionnaire leur interdit de voyager sans un ordre de mission. Tandis que dans le sens 3, les fonctionnaires peuvent voyager comme tout le monde à titre privé, mais si leur voyage est professionnel, ils doivent impérativement avoir un ordre de mission en bonne et due forme, pour prétendre aux émoluments liés à ce statut (cf. analyse juridique)   Ces deux sens apparaissent dans la circulaire. Nous nous sommes focalisés sur seulement une partie des éléments de la phrase P, pour dégager les trois structures syntaxiques ci-dessus. Mais en raison de la position syntaxique des termes autorisée et étranger, d’autres sens peuvent apparaître également. C’est le cas par exemple si on considère le mot étranger non comme locatif (à Paris, à Washington, etc.) mais comme un agent, avec une valeur métonymique (l’étranger se référant dans ce cas au partenaire étranger chez qui le voyage est effectué).   En tout état de cause, en raison de la complexité de la structure de la phrase en question, avec ses multiples constructions enchâssées, et l’absence de signes typographiques permettant de les hiérarchiser, il existe une ambiguïté de la phrase P qui rend possible tout un éventail d’interprétations sémantiques.  

 

Dr. Abdirachid Mohamed Ismail 

Docteur en Linguistique Université de Djibouti

Avis juridique relatif à la circulaire datée  du 13 septembre 2017 

 
Le problème de la circulaire du 13 septembre 2017 est qu’elle semble préciser les contours juridiques d’un texte qui n’est pas précisé et comprend des instructions contraires au droit en vigueur. En effet, elle ajoute des règles nouvelles aux textes juridiques existant

L ’objectif de cet article est d’analyser, d’un point de vue juridique, la circulaire de la Primature datée du 13 septembre 2017 et référencée 987/PM . Mais pour atteindre cet objectif, il est utile de revenir sur la répartition des pouvoirs en République de Djibouti. Dans le pays, le pouvoir exécutif est assuré par le Président de la République qui est en outre chef du Gouvernement. Le propre de ce pouvoir est de mettre en œuvre les lois et de conduire la politique nationale. Le Président de la République a ainsi le pouvoir d’édicter des règlements et de commander l’administration et la force armée. Le pouvoir exécutif est donc le pouvoir qui applique les lois grâce à des décrets ou des arrêtés.  
Le rôle du premier ministre est, quant à lui, précisé par l’article 40 de la constitution de 1992 (alinéa 5 issue de la nouvelle loi constitutionnelle du 21/04/2010) qui dispose que « le Premier ministre met en œuvre la politique du président de la République, coordonne et anime l'action du Gouvernement ». Par ailleurs, conformément au Décret n°2016 -148/PRE du 16 juin 2016 fixant les attributions des Ministères, celui-ci assure une mission générale de coordination des affaires de l'État. A ce titre, il est chargé de la coordination ministérielle et de l’organisation des actions des différents ministères en veillant à la cohérence de leurs actions en sa qualité de chef de l'Administration. Le pouvoir réglementaire est en revanche détenu par le chef de l’Etat qui promulgue les lois, édicte les décrets et arrêtés. Pour revenir à la circulaire, il nous faut d’abord préciser qu’aucune définition n’est  proposée dans le droit national.En France, une circulaire est un texte qui permet aux autorités administratives (ministre, recteur, préfet...) d’informer leurs services. Il peut s’agir par exemple de faire passer l’information entre les différents services d’un ministère ou du ministère vers ses services déconcentrés sur le terrain. Ces circulaires peuvent prendre d’autres noms, par exemple « note de service » ou encore « instruction ». Le plus souvent, la circulaire est rédigée à l’occasion de la promulgation d’un nouveau texte (loi, décret...) afin de le présenter aux agents chargés de l’appliquer. Mais, elle doit se contenter de l’expliquer et ne doit rien ajouter au texte.  

 

Le Conseil d’État français en distingue deux  types :  
• les « circulaires interprétatives » qui se contentent de rappeler ou de commenter un texte (loi, décret surtout). Elles ne constituent pas une décision, puisqu’elles ne créent pas de règle nouvelle. Et les administrés ne peuvent pas les attaquer devant le juge administratif :  
• les « circulaires réglementaires » qui ajoutent des éléments au texte qu’elles doivent seulement commenter et créent ainsi de règles nouvelles. Les administrés peuvent alors attaquer ces circulaires devant le juge administratif. Très souvent, elles sont annulées, car l’autorité qui les a rédigées peut commenter la loi ou le décret, mais n’est nullement compétente pour ajouter à ces textes1.  

 

A Djibouti, on retrouve l’usage des circulaires au niveau des départements ministériels pour fixer par exemple le calendrier scolaire ou universitaire.  
Compte tenu de tout cela, il est donc légitime de s’interroger sur la légalité de la circulaire du 13 septembre 2017. Rappelons qu’une circulaire ne peut être qu’interprétative ou réglementaire. Dans les deux cas, les administrations souhaitent communiquer avec leurs agents et les usagers pour exposer les principes d'une politique, fixer les règles de fonctionnement des services et commenter ou orienter l'application des lois et règlements. Dans tous les cas, une « circulaire » n'a ni plus ni moins de valeur qu'une « note de service ». A ce titre, les membres du gouvernement Djiboutien peuvent l’édicter quand ils le souhaitent. 


Le problème de la circulaire du 13 septembre 2017 est qu’elle semble préciser les contours juridiques d’un texte qui n’est pas précisé et comprend des instructions contraires au droit en vigueur. En effet, elle ajoute des règles nouvelles aux textes juridiques existant. Nous avons précisé que le pouvoir réglementaire appartenait exclusivement au Président de la République.  La rédaction et la présentation d’une circulaire doivent faire l'objet d'une attention particulière pour tenir compte d’une exigence particulière. L’ensemble des références contenues dans le texte doivent permettre de l'insérer dans un environnement juridique précis : texte(s) dont il est fait application et circulaires antérieures ou connexes traitant du sujet.  La circulaire du 13 septembre 2017 porte sur la liberté d’aller et de venir des fonctionnaires. Pour analyser ce texte, il faut d’abord rappeler que les fonctionnaires sont traditionnellement considérés comme placés dans une situation légale et réglementaire. Ils sont régis par la loi portant statut général des fonctionnaires du 26 juin 1983 ainsi que par ses décrets d’application dont notamment celui en date du 10 septembre 1983 fixant le régime des congés et absences des fonctionnaires. Aucun de ces deux textes n’évoque le contour juridique d’un ordre de mission.  En principe, l'ordre de mission, qu'il soit avec ou sans frais, est un document primordial établi dans l'intérêt du missionné. Il présente avant tout l’intérêt d’être un document contractuel pour l’agent public. Tout déplacement sans ordre de mission préalable est un déplacement privé. Seul l'ordre de mission permet d'effectuer un déplacement sur le temps de service et de bénéficier du régime protecteur des accidents du travail.  En l’espèce, la circulaire s’adresse et concerne précisément les fonctionnaires de l’administration publique. Or, il faut noter que tous les agents de l’administration publique n’ont pas le statut de fonctionnaire. Certains sont dits « conventionnés ». La circulaire aurait pu employer l’expression « agents publics » qui serait plus appropriée.  Dans l’état actuel des choses, les agents conventionnés de l’administration publique ne sont juridiquement pas concernés par cette circulaire. Il faut rappeler aussi que les fonctionnaires, et plus largement les agents publics, sont des « agent des gouvernants ». Ils exercent une mission de service public et agissent donc dans l’intérêt général au profit des administrés. Les agents publics servent en effet la puissance publique et le service public. Ils sont donc astreints à des obligations et devoirs particuliers, peuvent être soumis à des interdits spécifiques, objectivement déduits de la fonction publique qu’ils exercent.  Ainsi les obligations, devoirs et interdits qui pèsent sur ces agents résultent de l’intérêt du service, entendu comme un service fonctionnant de manière continue, neutre et adaptable. Par exemple, les autorisations d’absence ne sont accordées aux agents que si l’intérêt du service ne s’y oppose pas.  La liberté d’aller et venir des fonctionnaires peut-elle être restreinte comme le prévoit la circulaire du premier ministre ?  A priori oui et à condition que cette restriction respecte les conventions internationales ratifiées par la République de Djibouti, ainsi que la constitution.  Conformément à l’article 14 de la constitution, tous les citoyens de la République ont le droit de se déplacer et de se fixer librement sur toute l'étendue de la République. Ce droit ne peut être limité que par la loi. Nul ne peut être soumis à des mesures de sûreté, sauf dans les cas prévus par la loi.  Au plan international, la liberté de circuler figure à l’article 12 du Pacte des droits civils et politiques (ratifié par le pays en 2003 et qui a une valeur supra légale) qui dispose que « Quiconque se trouve légalement sur le territoire d’un Etat a le droit d’y circuler librement et d’y choisir librement sa résidence ». « Toute personne est libre de quitter n’importe quel pays, y compris le sien. Les droits mentionnés ci-dessus ne peuvent être l’objet de restrictions que si celles-ci sont prévues par la loi, nécessaires pour protéger la sécurité nationale, l’ordre public, la santé ou la moralité publiques, ou les droits et libertés d’autrui, et compatibles avec les autres droits reconnus par le présent Pacte ».  Aucune loi réglementant la circulation des fonctionnaires n’a été élaborée à ce jour. Dans ces conditions, la légalité de cette circulaire semble très contestable et pourrait être annulée en cas de saisine du juge administratif sur la base des éléments (de forme et de fond) discutés ci-dessus.  


Dr. Abdoulkader Hassan Spécialiste en Droit public

Avocat au barreau de Djibouti

Membre-Associé à IRICA 

Technologies de l’Information et de la Communication dans  l’Enseignement Supérieur (TICES) : la voie à suivre 

 
Notre pays se classe aujourd’hui dans le peloton de tête des pays en développement qui sont en voie d’assurer à chacun de ses enfants le droit d’avoir une éducation de base

L’éducation, une mission prioritaire

 

Tout le monde s’accorde à souligner l’importance de l’éducation, non seulement, dans la vie d’un individu, mais également dans le développement d’un pays. C’est pourquoi l’une des plus grandes, sinon la plus grande prérogative de la plupart des Etats du monde est de répondre à ce besoin. 
Pour les pays en « voie de développement », cela constitue un défi difficile qui nécessite une conviction sans réserve pour être relevé, car les moyens à disposition sont souvent sans commune mesure avec les objectifs à atteindre. Djibouti se classe aujourd’hui dans le peloton de tête des pays en développement qui sont en voie d’assurer à chacun de ses enfants le droit d’avoir une éducation de base. Ce défi extraordinaire est en passe d’être relevé depuis une décennie grâce à un engagement et une action vigoureuse du gouvernement.  
Seulement, l’éducation suit également la pyramide de Maslow : quand le besoin d’enseignement primaire est satisfait, celui de l’enseignement moyen apparaît, puis celui de l’enseignement supérieur. L’importante réforme de 2000  du système éducatif Djiboutien prend appui sur cet état de fait puisqu’elle s’articule autour de trois principes majeurs : a) changer l’injustice de base en donnant à chaque enfant la possibilité d’acquérir une éducation de base quelque soit son lieu de vie ;  b) garder les enfants dans le système éducatif jusqu’à une certaine maturité ; c) former les cadres de la nation à l’intérieur du pays et permettre au maximum de jeunes d’accéder à l’enseignement supérieur, avec le minimum de déperdition. 


1. L’éducation, un coût en évolution 
Ce projet ambitieux et d’une grande ampleur a été réalisé dans ses grandes étapes. Seulement, celui-ci a non seulement un coût, puisqu’il absorbe aujourd’hui près de la moitié du budget national, mais pose désormais la difficile question de l’efficacité du système éducatif et de la qualité des enseignements qui y sont produits.   
L’énorme effort financier consenti dans la dernière décennie ne pourra perdurer et il sera sûrement difficile de maintenir l’évolution du budget de l’éducation nationale au rythme de la croissance des effectifs. Ces derniers ne sont pas prêts à se stabiliser dans les prochaines années en raison de la croissance démographique nationale. 

Ce dilemme a obligé à analyser en détail les objectifs et les modalités de l’enseignement, à chaque niveau d’éducation.  Mais il existe un lien naturel entre coût financier investi dans le système, nombre d’apprenants et qualité de l’enseignement produit. Ce dernier paramètre est mesuré selon des objectifs prédéfinis pour chaque cycle de formation. Quant au coût financier, il se rapporte à l’investissement en infrastructures (constructions et maintenances des espaces d’enseignement) et en ressources pédagogiques (matérielles et humaines), nécessaires pour soutenir le fonctionnement du système éducatif. Ce lien intrinsèque entre ces trois paramètres fait que si le nombre des apprenants évolue plus fortement que le coût financier investi, la qualité de l’enseignement  se trouve négativement impactée. 

 

2. La solution TICE

Réduire drastiquement l’investissement tout en maintenant (voire même, en augmentant) la qualité des apprentissages, constitue une gageure que seule une solution innovante, radicale et calibrée, est en mesure de tenir. Cette solution qui permet de concilier ces deux objectifs contradictoires est aujourd’hui celle des TICE (Techniques de l’information et de la communication pour l’éducation).  Cet outil allie les techniques de traitement et de transmission des informations de l’informatique, d’Internet et des télécommunications, utilisées au service de l’enseignement.

Les TICE permettent de lever les limites inhérentes à l’enseignement classique fondé sur un nombre d’apprenants très restreint, un enseignant disponible pendant un temps limité, dans un espace à capacité réduite et une période circonscrite. Les TICE donnent l’occasion de démultiplier les capacités : elles permettent un nombre d’apprenants très étendu,  un élargissement de l’espace et du temps d’apprentissage, sans une augmentation proportionnelle des coûts.  

De ce fait, les TICE représentent un formidable réducteur des coûts de l’enseignement qui peuvent être jusqu’à 5 fois inférieurs à ceux de l’enseignement classique, avec son 100% de présentiel .

Dans notre situation socio-économique, les TICE ne peuvent être utilisées de façon optimale que dans l’enseignement supérieur. Il faut souligner aussi qu’il ne s’agit pas de passer à un enseignement totalement à distance. Il s’agit plutôt de tirer parti des avantages de cet outil et de trouver le bon équilibre qui permet de maintenir, voire de réduire le coût des enseignements, sans en diminuer la qualité. Ce bon équilibre est souvent atteint avec le « présentiel enrichi » dans lequel l’enseignant n’est pas la seule source du savoir, mais devient aussi un moniteur aidant les apprenants à mieux s’orienter et à mieux utiliser les diverses ressources numériques disponibles sur Internet, ou mis en ligne par l’enseignant.

A l’heure des GMS, de la wifi et de la fibre optique, on ne peut se permettre de planter des poteaux téléphoniques pour transmettre des informations, pas plus qu’on ne peut continuer à faire en sorte que le seul espace de transmission du savoir soit une salle de classe avec un enseignant en chair et os. Il nous faut commencer à tirer parti des avantages considérables de notre pays, de ses grandes ressources en télécommunications, de la jeunesse de son institution universitaire susceptible de s’orienter dans un domaine porteur, et de sa situation géographique particulière, pour se positionner dans le domaine de l’enseignement à distance, et éventuellement développer des programmes d’enseignement en direction de l’extérieur. Exporter du savoir n’appartient pas exclusivement à une catégorie de pays ou d’institutions.

Les systèmes éducatifs de beaucoup de pays africains connaissent la situation extrêmement difficile d’être asphyxiés par des effectifs sans cesse croissants, avec très peu de marges de manœuvre pour réorienter le système.  C’est le résultat final de l’évolution naturelle du nombre des apprenants et de la limitation des moyens financiers pour faire face à cette croissance de la population estudiantine. Quand les ressources sont limitées, quand les objectifs poursuivis semblent s’opposer, quand les solutions existantes deviennent inopérantes, il est probablement temps de changer de paradigme. Et c’est là que l’imagination et l’audace permettent d’apporter une solution efficiente à une situation difficile et complexe. 

Ce changement de paradigme demande une préparation des apprenants à ces nouveaux outils que sont les TICE. Cela exige dans un premier temps un investissement matériel et  technique important. La politique du Ministère de l’Education Nationale et de l’Enseignement Supérieur (des années 2007-2010) était en phase avec l’idée du développement des TIC puisqu’il avait initié le grand projet d’acquisition d’ordinateurs à des conditions tarifaires avantageuses pour les étudiants et le corps enseignant. Le ministère de l’Education Nationale et de la Formation Professionnelle poursuit encore son effort dans ce sens en introduisant les tablettes pédagogiques dans les écoles primaires afin de préparer les enfants à l’utilisation de ces nouveaux outils pédagogiques. En revanche, dans l’enseignement supérieur, il est sans doute nécessaire de pousser la logique un peu plus loin et d’associer véritablement TIC et Enseignement,  en intégrant ces techniques dans une pratique pédagogique effective. L’expérience qui va être tentée sous peu pour l’enseignement du français à l’Université de Djibouti, sera peut-être un catalyseur d’une dynamique orientée TICE,  seuls moyens de tirer parti de tous les avantages économiques qu’offrent ces outils, ainsi que des réelles potentialités, techniques et pédagogiques, existantes dans notre pays. 

A la lumière de ces quelques lignes, il apparaît possible d’augmenter les effectifs et de rehausser la qualité des enseignements, sans pour autant alourdir sans cesse les charges de l’enseignement supérieur et de la recherche. Les TICE semblent être la solution adéquate à ce paradoxe. Reste à savoir dans quelle(s) mesure(s), ces nouvelles technologies peuvent constituer une solution pérenne à ce nouveau défi de l’éducation et surtout de l’enseignement supérieur.

Dr. ABDIRACHID MOHAMED ISMAIL, Docteur en Linguistique Université de Djibouti

Dr. AYAN MAHAMOUD MOHAMED, Coordinatrice de  Programmes IGAD 

TICE à l’école djiboutienne

 
 Nous vivons dans un monde de transformation rapide dans lequel les technologies occupent de multiples aspects de nos vies

A partir d’une revue littéraire d’articles, d’ouvrages, de thèses  de doctorat portant sur les TICE et l’éducation en République de Djibouti et des actes du colloque pour la qualité des enseignements et apprentissages organisé par le MENEFOP en décembre 2016, cet article interroge « les enjeux de l’intégration pédagogique des TICE dans le système éducatif  djiboutien ».   
Son objectif est de comprendre la manière dont ces technologies peuvent contribuer à l’amélioration de la qualité des enseignements/apprentissages. Cette contribution aborde aussi la question de la formation des enseignants à l’usage des TICE, ses enjeux et ses perspectives.  
Actuellement, l’Afrique et notamment la République de Djibouti vivent des mutations sans précédent sur les plans technologique, économique, social, organisationnel et environnemental. Cette évolution est marquée par l’omniprésence des TICE qui sont en phase de devenir de véritables enjeux de développement.   
Selon Karsenti (2007), les générations actuelles évoluent et grandissent dans une société « mondialisée » dont les mutations vont à un rythme très accéléré. Par conséquent, conformément aux objectifs du millénaire, l’école djiboutienne et la formation qu’elle dispense doivent être en phase avec cette nouvelle donne. La formation constitue un vecteur essentiel de développement et de compétitivité dans un pays où une des ressources essentielles demeure le capital humain. Dans ces conditions, l’éducation apparaît comme un enjeu fondamental pour l’avenir de l’Afrique, elle est une exigence non seulement morale mais aussi stratégique pour le développement socio-économique des nations. Du Forum de Dakar (2000) est né un large consensus international autour de la nécessité d’adjoindre à l’objectif d’expansion quantitative de l’éducation, l’impératif d’amélioration de la qualité.  Dans un document produit en 2015 par l’UNESCO en collaboration avec d’autres institutions internationales et intitulé « Éducation 2030, Déclaration d'Incheon : Vers une éducation inclusive et équitable de qualité et un apprentissage tout au long de la vie pour tous", une nouvelle déclaration précise les nouvelles orientations internationales en matière d’éducation et de formation. Voici ce qu’elle affirme : « assurer une éducation inclusive et équitable de qualité et promouvoir 
des possibilités d'apprentissage tout au long de la vie pour tous » pour réaliser les Objectifs de Développement Durable (ODD). D’après cette déclaration, l'éducation doit être inclusive et équitable. Pour qu’elle le soit, elle doit intégrer l'innovation et la technologie dans ses méthodes, ce qui la rendra par ailleurs plus performante. 
Djibouti a pris conscience de la nécessité d’améliorer la qualité et l’équité dans son système éducatif. Cette prise de conscience s’inscrit dans la perspective de l’agenda post objectifs du Millénaire pour le Développement (Colloque 2016 organisé par le MENEFOP).  
Cette contribution tente de comprendre la façon dont l’intégration pédagogique des TICE peut améliorer la qualité de l’enseignement-apprentissage en Afrique. La recherche de la qualité dans le système éducatif djiboutien nous invite à nous interroger sur le rôle que pourraient jouer les TICE dans l’amélioration de l’accès à une éducation de qualité pour tous. Elle nous invite à nous interroger sur la manière dont la technologie pourrait constituer l’un des leviers stratégiques de la rénovation de l’école djiboutienne. Pour toutes ces raisons, notre réflexion porte sur les enjeux et les perspectives d’usage des TICEs par les enseignants djiboutiens. 

I. LE CONTEXTE DE L’ETUDE : LES OBJETS CENTRAUX  
 LE SYSTEME EDUCATIF DJIBOUTIEN  
Le système éducatif djiboutien vit un véritable malaise. Cette crise tridimensionnelle (finalité, identité, culture) est à l’origine de l’organisation d’Etats Généraux en 1999. Ces Etats Généraux ont permis de donner forme à un nouveau système éducatif redéfini dans ses fondements, révisé dans son organisation et renforcé dans ses capacités institutionnelles.  
Lors de ces « Etats Généraux » ( 2 au 7 Décembre 1999), il a été reconnu l’ urgence  d’engager  un débat  démocratique  sans concession sur  les  dimensions institutionnelles,  sociales,  intellectuelles  et  morales  du   système  éducatif.  A l’issue de ces assises, un nouveau contrat a été établi avec la société.

 

 LE DOMAINE TICE 
D’après  l'OCDE  cité  par  le  rapport  relatif  au  schéma  stratégique  intégré  pour  le  développement  des  TICE  à  Djibouti (2003), les  TICE  comprennent  toutes  les  activités  qui  permettent  de  produire,  traiter  et  transformer  l'information  et  la  communication,  en  utilisant un procédé électronique. 
La République de Djibouti a des atouts dans le secteur des télécommunications et des TICE. Du fait de sa position géographique, elle est une importante plate-forme et un nœud de transit international de câbles sous-marins, au centre du Monde Arabe et au carrefour de l’Orient et de l’Occident, de l’Afrique et de l’Asie. 
Les indicateurs d’accès, d’infrastructures et d’usage des TICE à Djibouti sont encourageants au vu de l’évolution observée pendant les 3 dernières années. Le taux de pénétration du mobile avoisine les 30% d’utilisation avec une tendance prononcée pour le mobile de troisième génération. La pénétration de l’utilisation de l’Internet dépasse les 10% de la population de Djibouti, avec plus de 85000 utilisateurs dont 21000 dispose du haut débit (2014, sommet africain de l’internet). 
2. LES ENJEUX PEDEGOGIQUES DE L’INTEGRATION TIC : 
 Un nouvel outil pédagogique pour le développement de l’école  
L’intégration des TICE dans l’éducation signifie l’utilisation effective de cette technologie par tous les acteurs du système éducatif. Pour plusieurs auteurs (Karsenti et Tchameni, 2007; Depover, Karsenti et Komis, 2007; Shafika, Broekman et Mogale, 2005) cités par les chercheurs du Rocare et l’Université de Montréal (2008), l’adoption, l’intégration et l’usage des technologies en contexte scolaire constituent un avantage indéniable et des défis que les décideurs de l’éducation doivent relever.   
Pour ces auteurs, l’appropriation de ces outils permettraient un accès rapide à l’information, la créativité et l’éducation pour tous. De plus, l’OCDE (2001) souligne l’importance de l’intégration des TICE et recommande leur utilisation en milieu scolaire comme un moyen efficace d’éducation. Ils les décrivent comme des outils qui accélèrent le temps d’apprentissage, de formation, d’acquisition des compétences, d’amélioration de la qualité de l’enseignement et d’enrichissement du processus d’apprentissage et de développement des aptitudes cognitives.    

 

 Un outil de rapprochement ou de communication entre enseignants et élèves Pour Devauchelle (2012), les enjeux des TICE sont nombreux. Sur le plan éducatif, elles constituent de véritables alliées de l’enseignement. Elles améliorent les relations pédagogiques entre enseignant et élève et changent le rapport au savoir. Les TICE constituent un outil pour tous, c’est également un excellent moyen de communication et de travail avec d’autres classes. Elles permettent d’engager des activités de production communes qui pourront être diffusées et donner lieu à des échanges et des collaborations avec d’autres classes, d’accéder à des ressources qui ne sont pas disponibles localement…. Par exemple, les enseignants de langue peuvent utiliser et profiter des opportunités qu’offrent les TICE en développant des compétences langagières et techniques. Pouts-Lajus et Riché-Magnier (1998) mettent l’accent sur la dimension des échanges interculturel, régional et international des réseaux et sur la richesse du Web. Selon Klein, (2013) ce sont des outils qui modifient en profondeur la stratégie des élèves et des enseignants pour apprendre et faire apprendre.  
 Un outil qui renforce les capacités des élèves Des travaux récents menés en 2015 par le Boston Consulting Group, pour la world Economic Forum démontrent que l’on dénombre quatre compétences-clés : (pensée critique et capacité à résoudre des problèmes, créativité, communication, collaboration) et six qualités (curiosité, sens de l’initiative,  ténacité, adaptabilité, leadership  social et culturel)  requises pour le marché du travail du 21e siècle. Ces compétences doivent être au cœur de l’école djiboutienne afin de former un citoyen doté d’un esprit critique. (Rapport de l’institut Montaigne, 2016).  


3. DES PERSPECTIVES ECONOMIQUES POUR INTEGRER LA SOCIETE DE LA CONNAISSANCE :  

 Les opportunités de l’économie numérique  La participation à la société de la connaissance représente un enjeu crucial pour la République de Djibouti. C’est à la fois un enjeu économique, sociétal et politique. S’adapter et connecter l’école et le monde des affaires djiboutiens aux échanges internationaux et régionaux s’avèrent important pour son économie de service.     

 

Le renforcement des systèmes d’information, la valorisation du travail coopératif, la maîtrise  de  son  environnement  sont  autant  d’exigences  de  la  société  de  l’information  et  de  la  connaissance. De nouveaux facteurs  de  développement  se  trouvent  dans  les  débats  mondiaux  de  la  société  de  l’information  et  du savoir.   Ce sont des  investissements  d’un  type  particulier  comme  le  dit Philippe  Carré  (2005) dans son ouvrage « vers un nouveau rapport au savoir ».  « Ils  sont  répartis  en  trois  catégories : l’éducation  et  la  formation, l’innovation et les tics ». (CGP, 2002 P15). L’accélération de l’immatériel, la gestion de l’information et de la connaissance crée un lien  entre  le  monde  de  l’économie  et  celui  de  l’éducation  et  de  la  formation  et donc une prise en compte du capital intellectuel des ressources humaines pour une meilleure  productivité  de  l’entreprise et donc du développement.  L’OCDE (2009, 2005) souligne que les TICE représentent dans les pays émergents une  opportunité  pour  une  meilleure  croissance  entrainant  des  changements à tous les niveaux de la sphère économique. Par conséquent, l’économie djiboutienne est une économie de services et dépend de plus en plus d’une ressource humaine compétente formée dans les technologies de l’information et de la communication.   Dans ce contexte, la place de la valorisation des TICE pour l’école djiboutienne est réinterrogée dans toutes ses dimensions (l’intégration des TICE dans le système éducatif et dans l’enseignement supérieur : finalités, moyens, méthodes éducatives, pédagogie, développement professionnel des enseignants). Pour profiter pleinement des opportunités offertes par le numérique, il convient de conjuguer techniques et pédagogies afin de s’approprier le meilleur de la valeur ajoutée que portent les TICE pour l’école. 


4. QUEL DEFI DOIT RELEVER L’ECOLE DJIBOUTIENNE ? 
L’école est profondément interpellée par ces changements en cours. Deux conditions sont nécessaires pour relever le défi et instaurer une intégration réussie des TICE en éducation : La formation du développement professionnel des enseignants en matière de TICE dans leur capacité à utiliser efficacement les TICE dans leurs pratiques pédagogiques, d’où la nécessité :  de préparer et de former les enseignants à l’innovation pédagogique relative aux pratiques de TICE 

Les matériels et équipements TICE en quantité et qualité suffisantes (Mohammed Mastaf 2015). L’intégration des TICE exigent des acteurs qu’ils se forment à de nouvelles compétences technologiques et pédagogiques liées au nouveau rôle et aux nouvelles pratiques d’apprentissage. Dans le cas contraire, l’intégration pédagogique risque d’échouer (Alwani et Soomro, 2010; Pelgrum et Law, 2004).  Les obstacles qui s’opposent à l’intégration des TICE en Afrique  
Ces obstacles à surmonter comprennent   
 des défis infrastructurels (ex : panne de réseau), technologiques (ex : manque d’équipement) à relever d’urgence ,  

 de l’électrification à réaliser,

 des coûts élevés pour l’accès à réduire,  le sureffectif dans les classes à régler,

 des ressources humaines (ex : manque de formation chez les enseignants) à former.  


Enfin, dans une économie globalisée ou la performance est recherchée, où le rendement optimal est exigé, un système éducatif de qualité s’appuyant sur les TICE comme outil pédagogique et plus largement l’acquisition d’une culture numérique constituent des enjeux cruciaux pour l’école djiboutienne contemporaine. La survie du pays, aussi bien sur le plan régional qu’international en dépend. La formation professionnelle dans le domaine des TICE constitue le point de départ de tout système éducatif qui cherche à s’intégrer dans la société de l’information et dans le marché mondial. C’est la base d’une compétitivité de plus en plus ardue.  
Face à ces dynamiques, les enjeux et les perspectives liées à l’intégration pédagogique des TICE est porteur pour l’économie djiboutienne. Karsenti (2007) met l’accent sur la nécessité des pays africains d’intégrer les TICE dans leur système éducatif afin d’éviter d’être en décalage avec les évolutions actuelles. Selon cet auteur, Les TICE doivent être utilisées comme des outils pédagogiques et éducatifs accompagnant enseignants et élèves.  
En conclusion, l’introduction des TICE dans le processus « enseignement-apprentissage » constitue un levier de développement économique et vise à moderniser celui-ci, permettant ainsi aux élèves d’acquérir des compétences en savoir et savoir-faire afin d’intégrer plus facilement le marché du travail. 

Au terme de cette réflexion, nous avons la conviction qu’il est urgent de replacer les TICE dans une école djiboutienne en pleine évolution non dans ses finalités mais aussi dans ses moyens et dans ses méthodes. Toutefois, il convient d’appréhender l’intégration des TICE 
avec prudence, car ces outils ne peuvent pas remplacer l’enseignant. 

 

Dr. CHOUKRI MOUSSA ALI

Docteure en Sciences de l’Education Maître de conférences en communication

Professionnelle à l’Université de Djibouti 

L’enjeu d’une approche pédagogique des réseaux sociaux dans le système éducatif en Afrique francophone 

 
Chaque utilisateur est potentiellement à la fois un producteur et un consommateur de contenu, dans des proportions variables

Introduction  

Depuis quelques années, une nouvelle famille de technologies web fait beaucoup parler d’elle. Il s’agit des médias sociaux, un nouveau type de site web où les visiteurs peuvent participer activement à l’élaboration du contenu du site. Il en existe une grande diversité, depuis les sites de réseautage privé ou professionnel (Facebook, Myspace, LinkedIn) aux sites de partage de contenu (YouTube, Flickr, Digg), en passant par les sites de création collaborative (Wikipédia). Plusieurs auteurs prônent l’utilisation des médias sociaux en éducation, et ce du niveau primaire jusqu’aux niveaux post-secondaires. Le présent article vise non seulement à répondre aux questions suivantes : en quoi consistent les médias sociaux ? Pourquoi faudrait-il les utiliser en enseignement ? Comment peut-on les intégrer à la formation de façon pertinente ? Quelles sont leurs limites ? Il vise également à interpeller les acteurs du système éducatif de l’espace francophone d’Afrique à faire des TIC une réappropriation d’usage de contenu.  


1. Les TIC et le système éducatif francophone sur la balance. 
Le système éducatif de l’espace francophone d’Afrique est fondé sur le modèle hérité de l’époque coloniale. Il comprend (i) l’enseignement préscolaire ; (ii) l’enseignement primaire ; (iii) l’enseignement secondaire général, dont le premier cycle constitue, avec le primaire, l’éducation de base ; (iv) l’enseignement technique et la formation professionnelle ; (v) l’enseignement supérieur ; et (vi) l’alphabétisation et l’éducation des adultes. Dans tous ces cycles, l’on observe malheureusement « un changement néfaste de comportement tant du côté de l’apprenant que du côté du formateur, cela,  dû à l’avènement mal acquis des TIC en Afrique». 
Certainement, aujourd’hui, l’enseignement de l’usage et de la réappropriation des réseaux sociaux pourrait être une solution efficace pour éradiquer le mauvais usage des technologies de l’information et de la communication et des applications numériques en Afrique précisément dans le secteur Education/ Formation. Loin d’être une solution miracle,  notre réflexion se doit d’inviter les autorités compétentes dudit secteur à  se pencher sur la question d’usage, de la réappropriation et de la mise en pédagogie du numérique dans le système éducatif qui, serait plus qu’un avantage. 

2. Une nouvelle pédagogie de la culture numérique et des réseaux sociaux : Qu'estce que les médias sociaux? Généralement, les médias sociaux sont des sites web2 partageant la plupart des caractéristiques suivantes :  une partie du contenu est générée par les usagers (visiteurs) du site plutôt que par l’éditeur ;  les usagers du site peuvent interagir ;  on peut savoir quel contenu vient de quel usager. Des auteurs anglophones ont même collé une expression imagée à ce type de site en parlant du «  read/write web3 », par opposition à la première génération de sites web où le visiteur ne pouvait que lire ce qui avait été publié sans pouvoir y apporter sa propre contribution. L’expression «web 2.0» désigne habituellement les sites web s’inscrivant dans ce courant du «  read/write web ». Par extension, on a vu émerger l’expression «éducation 2.0» pour désigner les pratiques de formation qui utilisent les médias sociaux. Cependant, il n’existe pas de définition qui fasse l’unanimité autour des termes «web 2.0», «éducation 2.0», «web social» et «médias sociaux». Il est donc recommandé de porter une attention particulière aux nuances que chaque auteur veut donner à ces expressions quand on se renseigne sur le sujet. 
Les sites du web 2.0 sont donc des sites participatifs où l’utilisateur est actif dans la construction du site ou de la communauté qui l’entoure. Chaque utilisateur est potentiellement à la fois un producteur et un consommateur de contenu, dans des proportions variables. Bien évidemment, il existe des utilisateurs de médias sociaux qui consomment plus qu’ils ne produisent, voire ne font que consommer. Dans plusieurs des médias sociaux, la majeure partie de l’activité sociale consiste à commenter les contenus préparés par d’autres utilisateurs, ou même à commenter les commentaires que d’autres ont laissés, menant à des conversations et, éventuellement, à la formation de communautés. On n’a qu’à penser à YouTube ou aux blogs, par exemple, pour constater que le nombre d’utilisateurs qui consomment des contenus publiés est largement supérieur au nombre d’utilisateurs qui commentent ces contenus, qui est lui-même largement supérieur au nombre d’utilisateurs qui publient initialement du contenu. 

3. Pourquoi utiliser les médias sociaux en enseignement ? 
Plusieurs auteurs ont suggéré ou expérimenté des usages pédagogiques des médias sociaux. Ceux-ci avancent diverses raisons pour intégrer certains médias sociaux à la formation : trouver des contenus pertinents à proposer aux étudiantes et étudiants pour enrichir leur formation, aller rejoindre les étudiants dans les espaces numériques qu’ils occupent déjà, impliquer plus directement les étudiants dans la construction de leurs connaissances plutôt que de simplement leur transmettre des informations, développer leur esprit critique par rapport à l’information accessible sur Internet, explorer le potentiel pédagogique de nouvelles technologies, etc.  Y a-t-il un effet de mode dans l’engouement pour les médias sociaux en éducation ? Certainement, mais derrière cette mode, il y a des outils qui peuvent contribuer à une formation de qualité. La thèse présentée ici n’est pas de chercher à intégrer ces outils à tout prix, mais plutôt de les avoir à notre disposition lorsqu’une activité d’apprentissage peut en bénéficier.  


4. Comment utiliser les médias sociaux en enseignement ? 
On peut concevoir de nombreuses façons d’utiliser les médias sociaux en enseignement. Nous avons choisi de les regrouper en trois grandes catégories d’utilisation, sachant toutefois très bien que ces catégories ne sont pas des contenants étanches. En effet, certains des usages proposés touchent à plusieurs catégories. Notre classification se fait autour des catégories suivantes :   
 repérer des contenus ou des pratiques que l’enseignant voudra utiliser directement dans ses cours, ou alors dont il voudra s’inspirer dans la création de ses propres activités et matériels pédagogiques ;

 faciliter la communication avec les étudiants et entre étudiants par le biais de technologies avec lesquelles ils sont déjà familiers ;

 proposer aux étudiantes et étudiants des activités d’apprentissage où ils créent eux
mêmes des contenus seuls ou en collaboration, de façon à les mener à s’approprier plus en profondeur les connaissances abordées dans le cours et à les maîtriser suffisamment pour pouvoir les transmettre.

 Repérer du contenu pertinent, trouver de quoi s’inspirer. Les médias sociaux peuvent être une source de contenu pertinent pour la formation. Voici les usages les plus courants.

 Trouver des vidéos relatives à la matière du cours (sur YouTube ou d’autres sites semblables) que l’on peut présenter en classe ou dans le site web associé au cours (en respectant le droit d’auteur) ou en insérant un hyperlien vers la page originale où l’on a trouvé la séquence.

 Trouver des photographies qui peuvent accompagner certains de nos documents ou diaporamas présentés en classe (sur Flickr ou un site équivalent, en respectant le droit d’auteur).

 Consulter régulièrement des wikis et des blogs qui portent sur les sujets que l’on enseigne, de manière à pouvoir en proposer certains articles aux étudiantes et étudiants.

 Joindre des communautés virtuelles 4 qui partagent nos intérêts disciplinaires ou pédagogiques, pour partager des informations qui sont utiles en classe. 
 

Par exemple, la vitrine technologique éducation propose de joindre des groupes Facebook de pédagogues qui partagent des pratiques et des réflexions sur l’utilisation des médias sociaux en éducation.  


5. Facebook pour les cours ? Pourquoi pas. 
S’il est délicat de devenir l’ami Facebook de ses étudiants et que plusieurs auteurs suggèrent de l’éviter, cela ne signifie pas que Facebook ne puisse pas servir en contexte éducatif. Dans un diaporama rendu public, l’auteur Jim Pettiward propose de créer une « fan page » pour chaque cours dans Facebook, à laquelle les étudiantes et étudiants s’abonnent. C’est une façon de pouvoir communiquer avec les étudiants qui permet d’éviter la situation inconfortable de les avoir comme amis Facebook. Par le biais de la « fan page »,  l’enseignant peut communiquer les consignes et échéances des travaux, faire des rappels, répondre aux questions des étudiants pour le bénéfice de toute la classe et permettre à ceux-ci de contribuer à la page du cours en publiant leurs trouvailles et en communiquant entre eux sur les thèmes abordés dans le cours. Le Gloucestershire Collège utilise Facebook de cette façon et le taux d’abandon de ses étudiants aurait diminué depuis. Les principaux usages qui semblent en être faits sont le rappel des événements du cours, comme les consignes et échéances des travaux, et l’aide entre pairs et de la part des enseignants. Cette façon d’utiliser Facebook imite des fonctions habituellement offertes dans des environnements numériques d’apprentissage comme Moodle. L’avantage est que les étudiants consultent Facebook quotidiennement, ce qui n’est pas toujours le cas de Moodle ou des autres plateformes comparables. C’est une façon d’atteindre les étudiants là où ils sont plutôt que de leur demander de venir à nous

  
Conclusion

Comme toute nouvelle méthode pédagogique qu’un enseignant adopte, il convient d’aborder les médias sociaux avec un bon équilibre entre l’ouverture et la distance critique, et de bien se préparer avant d’y plonger. Pour l’enseignant intéressé par les possibilités du web 2.0, les médias sociaux peuvent s’ajouter progressivement à son coffre à outils sans nécessairement y prendre toute la place.  
Avant de débuter l’utilisation des médias sociaux, il convient de se renseigner et de se préparer pour bien comprendre et tenir compte des particularités techniques, pédagogiques et humaines de chacun de ces outils. Au moment de réaliser une première activité d’apprentissage de ce nouveau genre, il est essentiel que l’enseignant énonce des consignes claires à ses étudiants et qu’il s’en fasse des alliés dans cette nouvelle expérience. Il devra faire preuve d’adaptation si le déroulement diffère de ce qu’il avait anticipé. Les gains pédagogiques les plus importants sont réalisés lorsque l’on intègre les médias sociaux dans des scénarios pédagogiques cohérents avec les objectifs d’apprentissage du cours et que l’on adopte des méthodes pédagogiques dites actives. 

Dr PASCALD DJADOU 

Maître de Conférences en Sciences et techniques de l’Information et de la Communication  à  l’Université de Djibouti 

Prise en charge du VIH à Djibouti : des résultats probants

 
Des multi thérapies antirétrovirales (ARV) ont montré leur efficacité et ont, depuis 1996, font reculer, dans les pays développés, le nombre de cas de SIDA et de décès dû à l’infection par le virus d’immunodéficience humaine (VIH).

Des multihérapies antirétrovirales (ARV) ont montré leur efficacité et ont, depuis 1996, font reculer, dans les pays développés, le nombre de cas de SIDA et de décès dus à l’infection par le virus d’immunodéficience humaine (VIH). Mais les deux tiers des personnes infectées de cette infection vivent dans les pays à ressources limitées où l’accès aux soins thérapeutiques est faible [1]. Les études de séroprévalences à Djibouti ont montré un taux de 2,9 % [2]. Sur la base d’un engagement gouvernemental s’inscrivant dans le cadre du projet de lutte contre le VIH/SIDA, le paludisme et la tuberculose, un projet pilote de prise en charge des patients infectés par le VIH et nécessitant un traitement ARV, a démarré en 2004  en République de Djibouti. Ce travail s'inscrit dans le cadre d’une évaluation de la qualité de la prise en charge des patients séropositifs au VIH sous traitement antirétroviral dans le Centre Yonis Toussaint (CYT), centre de référence ambulatoire, national, en matière de prise en charge médicale, afin de proposer une initiative djiboutienne d’accès aux antirétroviraux.

Méthodologie

Situé en milieu urbain, inauguré en 2001, le CYT est un centre de traitement ambulatoire, spécialisé dans la prise en charge des patients vivants avec le VIH/SIDA (PVVS). C’est un service autonome, assisté par le Programme de Lutte Contre le Sida (PLS-Santé). Il a pour mission d’assurer la prise en charge des Infections Sexuellement Transmissibles (IST), le dépistage Volontaire de l’infection par le VIH et le Counseling relatif à ce dépistage, la prise en charge ambulatoire, médicale et psychosociale et la recherche opérationnelle en matière du VIH/SIDA et des IST. Il représente ainsi la référence technique de ces activités menées dans le pays. Nous avons inclus dans notre étude tous les patients infectés par le VIH, suivis dans le centre CYT, âgé de plus de 15 ans, sous trithérapie antirétrovirale durant la période d’étude, et dont les dossiers comprenaient les paramètres étudiés dans ce travail.

Durant la période d’étude, 573 patients ont été suivis dans le centre ambulatoire.

 

Durant la période d’étude, 573 patients ont été suivis dans le centre ambulatoire dont 208 qui répondaient à nos critères d’inclusion. Les caractéristiques à l’inclusion apparaissent dans le tableau 1. L’âge moyen était de 36 ans (19-67 ans) et le sexe ratio (hommes/femmes) de 1,29. La majorité des patients étaient inactifs (sans profession), soit 66,8% (139/208). Ils étaient en majorité de nationalité djiboutienne (74%) suivis des éthiopiens (19,2 %) et des somaliens (4,8 %). La totalité des patients étaient infectés par le VIH-1. Le mode de transmission était essentiellement hétérosexuel (75%). Les patients étaient fortement immunodéprimés (80,3%) avec un délai moyen d’inclusion de 68 ± 133 jours. A l’inclusion, l’infection opportuniste la plus prépondérante était la candidose oropharyngée avec 58,7% (122/208) de cas (tableau2). Elle était plus fréquente chez les hommes soit 64% (78/122). La co-infection VIH et Tuberculose pulmonaire étaient de 11,5% (24/208).

Par ailleurs, il n’y avait pas de différence significative en ce qui concerne l’âge, le sexe, le stade clinique, le poids initial et le CD4 à l’inclusion.

Caractéristiques des patients selon la réponse clinique

L’évolution clinique a été marquée par une réduction de la fréquence des infections opportunistes (2%) et une augmentation moyenne de 0,63 kg/m2 de l’indice de masse corporelle (IMC)  tous les 6 mois (Figure1). Quatre cas de tuberculose pulmonaire ont été objectivés et correspondant à un syndrome de restauration immunitaire. Le traitement ARV (tableau III) est instauré à un stade tardif (116 jours). Les schémas les plus fréquents utilisés étaient l’association AZT/3TC/EFZ dans 51,4 % de cas, suivis de l’association AZT/3TC/NVP dans 19,2 % de cas et de l’association AZT/3TC/ABC dans 15,4 % de cas.  

 

La proportion des patients ayant présenté des effets secondaires était de 34,6% (n=72) (Figure4). Les effets indésirables les plus fréquents étaient neuropsychiatriques (20,7%), une anémie biologique (6,7%), digestifs (4,8%) et dermatologiques (1,4%). Un cas d’insuffisance rénale sous IDV et 3 cas d’anémie sévère ont nécessité la substitution de l’ARV en cause. Un patient sous LPR/r est décédé d’une cirrhose à 18 mois.

Caractéristiques des patients selon la réponse immunologique

A 12 mois de traitement, le gain moyen trimestriel du taux de CD4 était de 26,2 µl/mm3 et l’évolution semestriel jusqu’au 42ème mois de traitement était de 111,5 µl/mm3 (Figure2). Seul 34 cas ont pu bénéficier de la charge virale au cours de leur suivi. La diminution moyenne de la valeur de la charge virale au premier semestre était de 111339,95 copies/ml soit une diminution de 5 log. La figure 3 montre un succès virologique de l’ordre de 81,2%, 76 %, 83,3% et de 100% respectivement au 6ème mois, 12ème mois, 24ème mois voire 42ème mois de traitement.

Caractéristiques des patients selon leur évolution

Dans notre étude, 206 patients avaient débuté avec la première ligne thérapeutique et 2 cas avec la deuxième ligne. La plupart des patients 91,3% (190 cas) étaient naïfs de tout traitement à l’inclusion. Les non naïfs étaient les patients ayant les moyens de se prendre en charge avant le projet pilote. La prévalence de cas de PTME était de 3,8%. La durée moyenne du traitement dans notre population d’étude était de 30,2 mois. Différentes associations ont été utilisées chez nos patients : 77,9% étaient sous 2 INTI + 1 INNTI, et 8 ,6% sous 2 INTI + 1 IP et 13,5% sous 3 INTI. A Djibouti, les IP sont rarement utilisés en première intention. Le délai moyen d’apparition des effets indésirables 135 jours +/- 89 jours. Le traitement antirétroviral est régulièrement suivi chez 96,30 % de nos patients.

 

Les causes de mauvaise observance sont liées à l’abandon du traitement médical au profit de la médecine traditionnelle (2%), aux effets indésirables du traitement antirétroviral dominés par les vertiges et l’insomnie (1%), et aux séjours à l’étranger (1%) surtout en somalie. Cette bonne compliance des patients est due à la mise en place au sein du projet, des accompagnateurs thérapeutiques, des assistants psychosociaux et des conseillers facilitant d’abord l’acceptation de la prise du traitement suivie d’une étape d’appropriation comprenant une familiarisation avec le traitement et l’acquisition d’une maîtrise des conditions de prise et des contraintes.

Conclusion

Les résultats de notre étude confirment encore que les patients sont dépistés à un stade avancé de l’infection à VIH, ceci peut être lié aux tabous, à l’insuffisance des connaissances sur la maladie et à la faiblesse du dispositif de promotion du dépistage. Cette étude préliminaire du projet pilote montre la faisabilité de la prise en charge médicale des PVVS à Djibouti. L’efficacité clinique et immunovirologique associé à la bonne tolérance des ARV souligne l’importance d’un programme national de lutte contre le VIH/SIDA. Une politique de formation des prescripteurs et la promotion du dépistage précoce de l’infection est absolument nécessaire. Une meilleure communication sur les services de prise en charge et une offre de routine sur les tests de dépistage par les personnels de santé serait très pertinente.

Dr Houssein Youssouf Darar  

Service de médecine et maladies infectieuses au sein de l’hôpital Cheikho de Balbala.

 

Durabilité des opérations de forage géothermique d’Assal

 
En raison de la guerre civile des années 90 et de la salinité élevée de la ressource, en particulier à Assal 3, la mise en œuvre de l’énergie géothermique a été abandonnée

Le développement de l'énergie géothermique est le meilleur moyen d'obtenir une énergie fiable, propre et abordable pour les populations, en particulier pour les pays en développement. La géothermie est également une solution pour accélérer la transition énergétique des pays africains. Pour la mise en œuvre du projet d’énergie géothermique, il est important de prendre en compte ses différentes phases telles que (i) la phase d’étude de surface (phase de préfaisabilité), (ii) la phase de forage (la phase d’exploration), (iii) la phase de la centrale (phase de production et de production d’énergie), (iv) et la phase de mise hors service (la fermeture de la centrale). En règle générale, la plupart des risques liés au projet de développement géothermique surviennent pendant la phase de forage, en raison des travaux de génie civil, des opérations de mobilisation et de forage, de la cimentation, des essais et de l'achèvement du forage.

La méthode d’évaluation rapide de l’impact (RIAM) est un outil utilisé dans l’évaluation de l’impact sur l’environnement pour donner une vision préliminaire des risques dans les différentes composantes de l’environnement telles que les composantes physiques / chimiques, biologiques / écologiques, sociologiques / culturelles et économiques / opérationnelles. La méthode RIAM peut également être utilisée pour évaluer la durabilité du système de gestion des risques. Dans cet article, la méthode RIAM sera utilisée pour évaluer le risque d'une opération de forage géothermique dans le projet de forage géothermique de la Caldera de Fiale  du Lac Assal et pour évaluer la durabilité du système de gestion des risques.

Présentation du Projet

La République de Djibouti a une longue histoire de développement de l’énergie géothermique. L’exploration a été lancée par le CNRS (soutenue par la France) et le CNR (soutenue par l’Italie) dans les années 70. Les principales recherches ont porté sur le Rift est-africain où le projet était de forer deux puits géothermiques. Le premier était au lac Assal (Assal 1 et Assal 2), exploité par le BRGM (Bureau français de la recherche géologique et  minière). Seul Assal 1 était productif, avec une température de 255 degrés Celsius (BRGM, 1973 ; Coriea et al, 1985). Le deuxième programme de forage a été financé par le PNUD (Programme des Nations Unies pour le développement) et l'OPEP a eu lieu au lac Assal dans les années 80, après l'éruption du volcan Ardoukoba en 1977. Sur cette zone, les  sites Assal 3, 4, 5 et 6 ont été forés. En conséquence, Assal 3 (260 degrés Celsius) et Assal 6 (261 degrés Celsius) étaient productifs, mais Assal 4 (130 degrés Celsius) et Assal 5 (180 degrés Celsius) ne l’étaient pas. En raison de la guerre civile des années 90 et de la salinité élevée de la ressource, en particulier à Assal 3, la mise en œuvre de l’énergie géothermique a été abandonnée.

À l’heure actuelle, un projet d’exploration a été mis en place par l’électricité de Djibouti (EDD) en partenariat avec la Banque mondiale et d’autres institutions de développement telles que la BAD, l’AFD et l’OPEP, afin de prouver la viabilité commerciale de la production d’électricité à partir de ressources géothermiques basées à la caldera de Assal - Fiale. La première phase proposée du projet est le forage de quatre puits, à la suite de laquelle une centrale électrique serait construite, pour la production de 50 MW. Les quatre puits proposés seront forés par Island Drilling Company (IDC), sous la supervision de Geologica Geothermal, consultant international, et par Electricité de Djibouti (EDD) en tant que promoteur du projet. Les opérations de forage comprennent des travaux de génie civil (puits d'accès, route d'accès aux puits, conduite d'eau, etc.), des forages (démobilisation, cimentation, etc.), ainsi que des essais et des travaux de finition.

La Méthode Analytique « RIAM »

1. La composante physique et chimie

¨  Les émissions de gaz

Au cours des opérations de forage, certains gaz non condensables peuvent être émis dans certains cas, tels que le sulfure d'hydrogène et le dioxyde de carbone, (CO2, H2S), comme lors des tests d’Assal 3 (Aquater, 1988). Néanmoins, ces gaz n’ont pas été libérés lors du forage d’Assal 5.

¨  Problème de circulation

La perte de circulation est définie comme une perte totale ou partielle de fluides de forage, lors des opérations de forage, de cimentation ou de circulation. Il y a perte de circulation si la pression hydrostatique dépasse la pression de formation ou si la fracture est plus grosse que la plus grosse particule dans la boue. La perte de circulation peut se produire dans les formations non consolidées, dans les formations caverneuses, dans les formations fracturées ou dans les formations induites. Il existe différents types de perte de circulation : perte d’infiltration : 0,2 à 2,0 m3 / h, perte partielle : 2,0 à 8,0 m3 / h, perte totale : perte de boue de 60 à 150 m de profondeur, perte importante de boue de 150 à 300 m perte, et une perte partielle ou complète de fractures induites profondes.

La perte de circulation peut causer plusieurs problèmes, tels que la perte de matériaux de forage coûteux, la perte de temps, le colmatage des zones potentiellement productives, l’explosion résultant de la diminution de la pression hydrostatique, l’afflux ou la perte excessive d’eau. Dans le puits géothermique d’Assal 5 situé près des puits cibles de Fiale Geothermal, plusieurs pertes de circulation se sont produites pendant le forage, mais les pertes de fluides étaient faibles (2 à 4 m3 / h), comme indiqué dans le rapport de forage d’Assal 5.

¨ Utilisation de l’eau

L'eau de mer sera pompée de la baie aux requins (par extension la baie de Goubet) vers le site de forage, via un pipeline d'alimentation en eau. Plusieurs pompes sont nécessaires pour pomper l'eau salée de la mer. De l'eau salée a également été utilisée pour le forage du puits géothermique Assal 5.

¨ Les eaux souterraines

Il n'y a pas d'eau souterraine douce connue près du site de forage proposé, Fiale Caldera. Cependant, il a été prouvé qu'il y avait un écoulement d'eau de mer de la baie de Goubet au lac Assal par le système de failles nord-ouest, sud-est de la faille d'Assal. Assal 5 montre deux phases de circulation des eaux souterraines froides à 200 et de 400 à 600 mètres de profondeur, respectivement. Par conséquent, les fluides de forage peuvent traverser ces zones et contaminer le lac Assal. L’entreprise de forage doit faire très attention à la conception des fluides de forage dans cette zone.

¨ Le blocage de tuyaux

Il s'agit d'un phénomène courant lors des activités de forage, lorsque le train de tiges ne peut pas être extrait du puits avec une force égale à la résistance à la traction du tube de forage. Cela peut être due à une filtration épaisse, à une différence de pression, à la formation de boules (outil et collier de foret), à un écoulement de schiste, à une accumulation de déblais dans l'espace annulaire et à la négligence du personnel. Des outils de pêche «  fishing tools » sont utilisés pour extraire le train de tiges. Des tuyaux coincés peuvent entraîner une perte de temps. Il n'y a aucune trace de tuyaux bloqués dans Assal 5 Geothermal Drilling.

¨ Le Bruit

Les opérations de forage peuvent générer des niveaux de bruit élevés, supérieurs à 85 dBA, provenant des générateurs, des compresseurs, des boosters et des pompes. Ce bruit doit être surveillé afin de réduire l'impact négatif sur la population vivant à proximité du site de forage, notamment le village de Daba le Gahar, et sur la faune de la baie des requins. Le bruit pendant les tests peut être réduit en utilisant des silencieux.

¨ Les éruptions et les infiltration

Un Kick est l'infiltration d'eau ou de gaz dans le puits de forage et une éruption est la sortie d'eau ou de gaz non contrôlée du puits de forage. Il est important de savoir que si un kick n'est pas contrôlé, une éruption peut se produire

¨ Les Déchets

Le camping pour les travailleurs et le site de forage produiront des déchets. Les déchets doivent être traités de manière appropriée par une personne qualifiée. Les déchets ménagers, les déchets de forage (acier, métal, plastique), les déchets liquides (huile de moteur, lubrifiants) et les déchets sanitaires (déchets de toilette) doivent être séparés à la source et collectés séparément pour éviter tout risque de pollution.

¨ Fluides géothermiques

Un seul puisard a été construit, tant pour les fluides géothermiques que pour les fluides de forage. Les deux fluides peuvent contenir des composants chimiques tels que des métaux lourds, par exemple. Le chrome présent dans le chrome-lignosulfonate, le plomb, la graisse dans le cadmium, le sel d'ammonium utilisé comme mousse, l'acide citrique, la soude caustique, etc. La composition des fluides de forage doit être soigneusement contrôlée, et l'intégrité de la fosse d'évacuation doit être surveillée périodiquement pour éviter toute défaillance potentielle.

2. Biologique et Ecologique

¨ Flore

La zone de forage proposée n'est pas habitée par une flore abondante. Cependant, certaines espèces de la flore ont été trouvées dans le lac Assal, par exemple Acacia Mellifera, Acacia Tortilis et Acacia Asak, le Dracaenae Ombet, Pulicaria Somalensis et Calotropis Procera. Ces espèces se trouvent dans les oueds, mais pas dans la Caldera de Fiale.

¨ Faune

Il n'y a pas de faune abondante dans le lac Assal. Il n'y a qu'un seul type de poisson, le Cyprinodon, qui habite le lac Assal, près des zones d'alimentation des oueds. Néanmoins, dans la baie de Goubet, en particulier dans la Baie des Requins, 27 espèces de requins (avec le requin blanc), quatre espèces de tortues, 13 espèces d'oiseaux de mer, dugongs et dauphins sont également présents. Il existe également 77 familles d'actinoptérygiens et 7 familles de Chondrichtyens (Monographie nationale, 2000).

 

¨ Perte d'habitat

Le projet n'entraînera ni une perte d'habitat pour la faune et la population, ni une dégradation de l'habitat animal, ni une perturbation de la voie migratoire. En effet, la zone de forage se situe dans une zone désertique. Un plan d'action de réinstallation ne sera pas nécessaire.

3. Sociologique et Culturelle

¨ Habitation et population

Les personnes vivant à proximité de la zone du projet proposé, dans le village de Daba le Gahar, se trouvent à environ 8 km. Daba le Gahar compte 76 ménages. La population sédentaire vivant à proximité du site du projet proposé, dans les villages de Laita et Ardoukoba, compte 298 ménages. Une population estimée à 248 semi-nomades vit à proximité. La population de Daba le Gahar est principalement composée d'hommes, en raison des travaux d'exploitation du sel effectués par la société Salt Investment Company et le Port de Goubet. Les semi-nomades pratiquent la transhumance. Un appui financier sera fourni pour le lancement de plusieurs activités en faveur des femmes par l'UNFD (Union nationale de la femme djiboutienne) et l'ADDS (Agence de développement social de Djibouti). La sensibilisation aux maladies sexuellement transmissibles sera assurée par l'UNFD et l'ADDS pour les travailleurs, ainsi que pour les membres de la communauté locale vivant dans ce village. Un mécanisme de traitement des plaintes a été mis en place par la société de forage afin de recevoir les plaintes de la population.

¨ Zone de transhumance

La zone de projet proposée se situe dans la zone de transhumance des semi-nomades. Un projet de corridor de transhumance est donc prévu dans le projet pour faciliter la circulation des semi-nomades.

¨ Les Habitants

Il n’y’a pas d’approvisionnement en électricité dans les villages et les hôpitaux voisins. Salt Investment fournit de l’eau douce avec des réservoirs d’eau. La mise en place d’une unité de dessalement pour le village de Daba le Gahar est prévue dans le financement du projet mais n’a pas encore été mise en œuvre. 

¨ La Migration

La migration est un phénomène complexe en raison de problèmes économiques, sociaux et environnementaux (Clark et al, 2007). Les immigrés à Djibouti viennent principalement d’Éthiopie, en particulier d’Oromia et de la région d’Amhara en Éthiopie, du Yémen et de l’Inde. Djibouti est devenu un lieu de transit pour les immigrants depuis les années 2000 (Amina Said Chiré et al, 2016). Il n’existe pas de statistiques exactes sur les immigrants en provenance d’Éthiopie à destination de Djibouti. En effet, ils marchent de la frontière éthiopienne à Galafi, dans le district de Dikhil, à la ville d’Obock, dans le district d’Obock, où ils peuvent naviguer jusqu’à la péninsule arabique ou au Yémen. Ils traversent la région de Tadjourah, en particulier la zone du projet proposé, en marchant, car le transport des immigrants est interdit à Djibouti. Cela les rend extrêmement vulnérables à la chaleur, entre 40 et 45 degrés Celsius durant les saisons les plus chaudes, et aux maladies, notamment le choléra. Des immigrants marchants ou morts peuvent être observés dans la zone de projet proposée. De l'eau sera distribuée aux immigrants qui passent près de la zone du projet.

4. Economique et Opérationnel

¨ Les Emplois pour les communautés locales

Comme indiqué ci-dessus, les communautés locales vivent à proximité de la zone de projet proposée, à 8 km de la zone du projet. Les gens vivent des difficultés, car il n'y a pas d'autre occupation en dehors des opérations d'exploitation du sel et du pastoralisme. Par conséquent, les opérations de forage peuvent créer des opportunités d'emploi et les former à des travaux spécialisés comme le soudage, le nettoyage, les travaux électriques et mécaniques.

¨ Le Tourisme

La caldera de Fiale, en particulier le lac de lave, est un site touristique majeur. Les activités de forage ne perturberont pas les activités touristiques. Un panneau d’information a été érigée à proximité du site de forage afin d’informer les visiteurs des activités menées dans la zone du projet proposé.

¨ Les équipements de Forage

L'approvisionnement en matériaux est une phase importante de l'opération de forage. Les matériaux de forage ont été stockés de manière appropriée pour éviter les pertes de temps. Le matériau doit être vérifié et testé conformément aux normes API. Les consommables de forage doivent être fournis en quantité suffisante. En effet, aucune entreprise de matériaux de forage à Djibouti ne peut fournir des matériaux de forage à l’opérateur dans un délai raisonnable.

¨ Le Risque climatique

La température à Djibouti est toujours élevée, même dans la zone du projet proposé. Les activités de forage ont commencé en juillet - août, pendant la saison chaude. Pendant cette période, le «Khamsin», le vent violent et chaud de l'ouest de la région de l'Éthiopie, souffle sur l'intérieur du pays, augmentant ainsi le niveau de température. Le lac Assal est également une région où la vitesse du vent est élevée, avec une moyenne de 9 m/s (ODDEG AWS, 2018). Le ministère de l'Énergie prévoit également de développer l'énergie éolienne dans cette région. Les conditions climatiques peuvent réduire l'efficacité des opérations de forage. Par conséquent, une assistance médicale doit être fournie dans la zone de forage, des mesures de protection doivent être prises pour protéger les travailleurs de la chaleur, le port d’un équipement de protection individuelle, davantage d’activités durant le quart de nuit et une réduction de l’exposition au soleil. De plus, tous les matériaux doivent être stabilisés sur le sol, afin de réduire le risque d'être emportés par les vents violents. ODDEG a installé une station météorologique automatique (AWS) près du site du projet afin de collecter des données météorologiques, notamment le paramètre de vent.

Résultat et Conclusion final

La méthode RIAM (rapid impact assessment method) est une méthode utilisée pour évaluer les risques. Cette méthode peut fournir une évaluation rapide des risques pour le processus d'évaluation (Pastakia et al, 1998).

 

Suite

En conclusion, selon les résultats de l'analyse de RIAM, le système de gestion environnemental et social du projet est durable. Cette durabilité est due aux politiques environnementales et sociales de la Banque Mondiale, qui guident l’investissement du projet. Mais l’évaluation des risques est un processus itératif, qui doit être surveillé périodiquement en raison de l’évolution des conditions initiales. La surveillance des impacts environnementaux et sociaux des activités de forage peut être effectuée conjointement par le promoteur du projet et l'entreprise de forage, afin d'éviter tout risque pendant le projet.

M. Abdek Mahamoud Abdi

Secrétaire Général d’IRICA

Ingénieur  - ODDEG

La biodiversité en republique de djibouti

Il existe trois types de formation forestière dans le pays. Le premier type est la forêt de Mangrove. Ce type de forêt se situe sur l’île Musha et à Godoria. Cet écosystème est un lieu de reproduction et de frayères pour les poissons, et un lieu de repos et de nichée pour les oiseaux.
 

La République de Djibouti présente une biodiversité relativement riche comme en témoignent les monographies qui lui ont été consacrées. Par exemple, la monographie la plus récente et la plus exhaustive consacrée à sa flore est celle écrite par J. Audru et son équipe, intitulée « Les plantes vasculaires de la République de Djibouti ». Ce travail de recherche décrit plus de 783 espèces végétales vasculaires dans le pays. La végétation de la République de Djibouti diffère en fonction du type de sol, du taux de précipitation et des conditions climatiques locales. La formation végétale la plus courante est de type steppique. Il s’agit d’un tapis d’herbacées vivaces discontinu. Il existe 5 types de steppe. La steppe arborée est composée d’arbres de plus de 4 mètres de haut. Son couvert ligneux varie entre 5 et 20%. La strate basse de ces arbres est un tapis végétal herbacé. La steppe arbustive est composée d’arbustes dont la taille varie entre 1 et 4 mètres. Les arbustes se ramifient souvent au niveau de leur base. Le couvert ligneux varie entre 1 et 20%. La strate ligneuse est accompagnée d’une strate buissonnante et d’un tapis herbacé réduit en période sèche. En cas de pluie, cette zone devient une zone de pâturages.

La steppe buissonnante est composée de buissons ne dépassant pas 1 mètre de hauteur. La strate herbacée y est très clairsemée. Cette steppe est une des plus répandues à Djibouti. La steppe herbeuse est dominée par les espèces herbacées. Cette steppe est principalement présente sur les plateaux de moyenne altitude, dans les plaines et dans les zones de dépression. Enfin, il existe un couvert végétal du type « prairie et pelouse » : les pelouses sont constituées d’espèces végétales rares, tandis que les prairies sont constituées d’espèces herbacées plus longues et plus développées. Un autre type de formation de végétation est la palmeraie. Ces formations sont souvent rencontrées dans des milieux confinés. Les palmiers dattiers sont une espèce végétale qui nécessite de l’eau en abondance pour se développer. La majorité des palmeraies se localise dans les Oueds du pays. Il existe enfin une formation forestière qui correspond à des formations végétales dont les couronnes sont jointives. Le couvert des espèces ligneuses est très élevé. Les steppes les plus dominantes sont : les steppes à Acacia mellifera, les steppes herbeuses et les steppes de montagne.

Il existe trois types de formation forestière dans le pays. Le premier type est la forêt de Mangrove. Ce type de forêt se situe sur l’île Musha et à Godoria. Cet écosystème est un lieu de reproduction et de frayères pour les poissons, et un lieu de repos et de nichée pour les oiseaux.

Le deuxième type de forêt est celui de montagne. Cet écosystème de forêt dense se retrouve dans le massif du Goda et des Mablas. Le taux de couverture ligneuse des forêts de montagne varie entre 20% et 60%. Le troisième type de formation forestière est celui des forêts d’Acacia nilotica. Ce type de couverture végétale se rencontre principalement dans les plaines et dans les zones de dépression inondable. Les dépressions inondables se trouvent principalement dans l’Ouest de la République de Djibouti.

La biodiversité végétale à Djibouti se répartit ainsi :

· Les Gymnospermes qui sont un sous-embranchement des Spermaphytes (plantes à graines). Ce sont des plantes dont l'ovule est nue (non enclos dans un ovaire). La plupart des Gymnospermes sont des conifères, tels que les genévriers (Juniperus) ;

· Les Angiospermes regroupent les plantes à fleurs et les végétaux qui portent des fruits. Elles représentent la plus grande partie des espèces végétales terrestres (90% à 96% de la biodiversité végétale en dehors des océans). Les Angiospermes comprennent les Dicotylédones et les Monocotylédones.

Les espèces végétales endémiques de Djibouti sont les suivantes : Aloe djiboutiensis, Teucrium spicatum, Phagnalon lavronosii, Cynoglossopi somalensis, Caralluma mireillae, Polygala goudahensis, Mathiola puntensis et Tavernia oligantha. Les  plantes locales en danger figurant sur la liste rouge de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (IUCN) sont les Dracaena ombet (dragonnier) et Livistona carinensis. La capacité des arbres de Prosopis à s’étendre sur une vaste superficie à partir d’une seule introduction est confirmée par leur empiétement sur les terres arables. Le caractère envahissant du Prosopis juliflora introduit au détriment des flores autochtones est reconnu depuis longtemps.

La République de Djibouti abrite une faune terrestre et marine très variée. De ce point de vue, l’espèce la plus emblématique est le Francolin de Djibouti (Francolinus ochropectus). Il est possible de voir des primates (singe vert ou vervet, hamadryas), des panthères (Panthera pardus) et des hyènes rayées (Hyaena hyaena). Au niveau des plaines, il existe des mangoustes rouges (Herpestes sanguinea), des caracals (Felis caracal) et des gazelles de Pelzeln (Gazella dorcas). Les fonds marins djiboutiens sont également peuplés d’une très grande biodiversité. Il existe des thazards rayés (Scomberomorus commerson), plusieurs espèces de murènes différentes, des mérous, des poissons clown, des dauphins, des tortues marines, différentes espèces de raie (Pastenague ou léopard), des carangues, des dorades, des poissons lion ou des poissons perroquet. Durant la période de Novembre à Mars, grâce à la remontée du phytoplancton dans les eaux de surface, il est possible de voir des requins baleines (Rhincodon typus). Les fonds marins abritant aussi un grand nombre de coraux qui abritent un grand nombre d’espèces halieutiques.

La faune et la flore marine sont menacées par le réchauffement, la surpêche, le pâturage des dromadaires, la coupe abusive de bois, le remblaiement, la pollution par les eaux usées et les hydrocarbures, les déchets solides et l’extension de l’urbanisme, le problème d’ensablement des chenaux d’alimentation des zones de mangroves et la disparition des coraux et des planctons. La dégradation des mangroves correspond à une destruction de l’habitat de nombreuses espèces d’oiseaux, de poissons, de crustacés et de mollusques. Les espèces menacées sont les concombres de mer (holothuries), les tortues, les requins, les dauphins, les raies manta et les dugongs. Les activités anthropiques (coupe abusive des bois, surexploitation, surpâturage, tourisme, aménagement côtier divers, pollution par eaux usées, hydrocarbures et substances chimiques nocives, remblaiement, déforestation) peuvent avoir un impact négatif important sur l’environnement. La sécheresse peut provoquer une baisse de la biodiversité végétale comme animale, car la faune ne trouve plus de quoi se nourrir.

Une étude ethnobotanique menée par l’Institut de Recherches Médicinales du Centre d’Etude et de Recherche de Djibouti (CERD) a montré l’importance de l’utilisation de la pharmacopée traditionnelle. Cependant, cette étude a prouvé que certaines espèces de la pharmacopée sont en voie d’extinction. Il s’agit des espèces suivantes : Tarchonanthus camphoratus, Buxus hildebrandtii, Terminalia brownii, Juniperus procera, Dracaeana ombet, Melilotus sauveolens, Nepeta azurea, Lavandula coronopifolia, Orthosiphon pallidus, Thymus schimperi, Ficus sycomorus, Olea europaea, Ochradenus baccatus et Mimusops laurifolia. Une pépinière de conservation des espèces en voie d’extinction a été mise en place au Day, district de Tadjourah, par l’Institut de Recherches Médicinales du CERD.

Des sérieuses menaces pèsent sur la faune et la flore ; ce qui risque d’avoir un effet dramatique pour l’Homme. Il faut donc agir rapidement pour ralentir la raréfaction voire l’extinction de la biodiversité du pays et éviter à terme une sédentarisation massive des populations nomades qui aura un impact irréversible sur l’environnement de la République de Djibouti.

Dr Fatouma  Mohamed Abdoul-latif 

IRICA

Directrice de l’Institut de Recherches Médicinales

(CERD)

Le rôle des infrastructures dans le développement économique et urbain des pays de la Corne de l’Afrique. Les cas djiboutien et éthiopien

 
La création de ces premières infrastructures modernes a contribué au développement de la région de la Corne de l’Afrique en la faisant entrer de plein pied dans une nouvelle dimension, celle de la modernité et de la prospérité.

Pour appréhender les relations entre la Chine et l’Afrique, les investissements (IDE) réalisés par la Chine en terre africaine sont une entrée privilégiée. Cette contribution traitera donc essentiellement du rôle des IDE dans le développement régional en général et djiboutien en particulier.

Après avoir abordé l’Histoire des relations économiques entre la Chine et l’Afrique, le propos sera recentré sur le rôle des IDE chinois dans le développement économique de la Corne de l’Afrique dans une seconde partie.

 

Histoire des relations sino-africaines

Les relations économiques entre la Chine et l’Afrique ont commencé dans les 1990. Leur intensité actuelle s’inscrit dans la rencontre de deux stratégies : africaine et chinoise. Du côté de la Chine, l’augmentation de ses investissements en Afrique est à relier à son développement économique historique depuis 1978, à sa volonté d’accéder à des matières premières bon marché afin de pouvoir proposer des produits manufacturés bon marché d’une part, et à sa volonté de conforter sa place commerciale et stratégique dans le monde en accédant à de nouveaux débouchés de l’autre. Du côté de l’Afrique, la demande d’investissements directs étrangers et la recherche de nouveaux partenaires économiques est à relier à l’amélioration de ses indicateurs économiques depuis le début des années 2000. En 2016, l’Afrique avait bénéficié de 177,7 milliards de dollars d’apports financiers extérieurs dont 57,5 milliards d’investissements directs étrangers en provenance en partie d’Extrême-Orient. Ces investissements avaient concerné des secteurs novateurs tels que le tertiaire, les services financiers, les technologies de l’information et les télécommunications. Dix-huit pays africains ont désormais un niveau de développement moyen ou élevé et le nombre de personnes vivant dans la pauvreté est en recul.

 

Histoire des infrastructures et des transports dans la Corne de l’Afrique et plus particulièrement dans la sous-région formée par l’Ethiopie et la République de Djibouti

La France a historiquement joué un rôle important dans le développement de la région de la Corne de l’Afrique qu’elle a dotée de ses premières grandes infrastructures modernes : le port de Djibouti (1888) et le chemin de fer Djibouti-Addis Abéba (1917).

La Compagnie Impériale des Chemins de Fer a démarré la construction de la ligne de chemin de fer Djibouti-Addis-Abéba en 1897. La ville d’Addis-Abéba fut atteinte en 1915, et la ligne complètement ouverte au commerce en juin 1917. Cette liaison ferroviaire a dynamisé l’activité de transit des marchandises en provenance et à destination de l’Ethiopie et a permis au port de Djibouti de devenir une infrastructure incontournable pour le transit éthiopien dès le début du XXe siècle tout en assurant son développement et sa modernisation (Aptidon Gombor, 2011 : 91-92).

La création de ces premières infrastructures modernes a contribué au développement de la région de la Corne de l’Afrique en la faisant entrer de plein pied dans une nouvelle dimension, celle de la modernité et de la prospérité comme expliqué dans les paragraphes qui suivent.

Le rôle des infrastructures dans le développement économique et urbain régional

À la fin des années 1930, le port de Djibouti a été doté d’un terminal pétrolier et de plusieurs réservoirs afin de répondre aux besoins du marché éthiopien. Cette modernisation technique lui a permis de faire face à l’essor du transport maritime entre l’océan Indien et la Méditerranée et à l’accroissement du transit éthiopien. En retour, le développement du secteur portuaire et transitaire a stimulé l’économie de la Côte Française de Somalie et insuffler une nouvelle dynamique à la ville de Djibouti qui n’a cessé de se développer depuis cette date. Cette période de développement économique a pris fin avec le déclenchement de la seconde guerre mondiale et le blocus imposé par la suite pour sanctionner l’engagement du territoire dans le camp vichyste (Aptidon Gombor, 2011 : 93).

 

Après la seconde guerre, le port a connu une nouvelle période de développement économique grâce à une nouvelle modernisation de ses infrastructures. Cette nouvelle période d’essor a progressivement pris fin avec la fédération de l’Érythrée (1952) à l’Éthiopie puis son annexion en 1962 par cette dernière, annexion qui dotait le pays d’une nouvelle façade maritime pour son import/export. Entre 1964 et 1984, le transit éthiopien du port de Djibouti a baissé au profit des ports érythréens (Massaoua et Assab) pour passer de 60% à 10% (Aptidon Gombor, 2011 : 94).

Cette période de marasme économique a duré jusqu’en 1998. Elle a pris fin avec le déclenchement d’une guerre entre l’Éthiopie et l’Érythrée en 1998 et le retour du transit éthiopien dans le pays. Cette nouvelle donne a permis au port de Djibouti de retrouver sa vocation de principal débouché maritime du commerce extérieur éthiopien et au pays de renouer avec la prospérité. L’activité du port a connu, depuis lors, une croissance continue. Le volume total des marchandises traité a connu un taux de croissance annuel moyen de 9% entre 1998 et 2007 avec un trafic de 7 502 319 tonnes de marchandises à la dernière date. En 2016, le volume total de marchandises traité a atteint 15 327 114 tonnes après une augmentation de 16,6% par rapport à l’année précédente. À l’horizon 2020, c’est 25 millions de tonnes de marchandises par an que les infrastructures portuaires de Djibouti ambitionnent de traiter. Après un constat de quasi-saturation et de vétusté de ses infrastructures portuaires dès la fin des années 1990, le pays a convaincu Dubai Port World de moderniser son Port et de créer un second complexe portuaire à grand tirant d’eau (18 m) à proximité de la capitale. Ces travaux de modernisation et d’extension ont fait du port djiboutien l’un des plus modernes d’Afrique de l’Est (Mongrenier, 2012). Le 24 mai 2017, le pays a franchi un nouveau cap en inaugurant un port polyvalent (Djibouti Multipurpose Port) de la dernière génération avec un tirant d’eau de 18 m et capable d’accueillir des bateaux de 15000 containers et de traiter 9 millions de tonnes de marchandises par an.

Le développement portuaire de Djibouti a permis une fluidification du commerce éthiopien et donc un développement de celui-ci. Le fret éthiopien en transit représentait en 2013 85% du tonnage total traité par le port de Djibouti (Banque Mondiale, 2013 : 8). L’infrastructure ferroviaire sur laquelle reposait le commerce international régional a vu son activité décliner avant de cesser complètement en 2010 pour cause de vétusté. Un corridor routier international a pris le relais dès 1998. Aujourd’hui, ce sont quelques 1700 camions qui empruntent quotidiennement la route (Ministère des Transports, 2017).

L’activité portuaire contribue de façon substantielle à l’économie djiboutienne. Les revenus directs procurés par le port sont estimés entre 65 et 90 millions de dollars US par an, ce qui équivaut à 20%-25% des recettes de l’Etat. Le transport et la logistique contribuent à environ 6500 emplois directs à Djibouti ce qui représente entre 20 et 25% de la totalité des emplois formels du secteur privé qui compte  environ  30000  emplois  et  cela sans compter les emplois indirects créés par les besoins en biens et services du port ou encore par les dépenses de ses employés (Banque Mondiale, 2013 : 9). L’Ethiopie, qui a actuellement le taux de croissance économique le plus élevé d’Afrique (10,7% en 2017), a surtout développement son parc industriel et ses infrastructures, ce qui a généré de nombreux emplois. 279 entreprises chinoises y ont investi plus de 571 millions de dollars et crée plus de 28 300 emplois entre janvier 2012 et janvier 2017 (Le Point, juin 2018).

Le développement des infrastructures a par ailleurs favorisé une intégration économique régionale ainsi qu’un développement urbain notable. Dans le cas djiboutien, il s’est traduit par une hyper-concentration de la population dans la capitale où est localisé l’essentiel des grandes infrastructures (taux d’urbanisation de 80%). L’urbanisation suit par ailleurs l’avancée des grandes infrastructures, les populations rurales à dominante nomade se fixant autour de chacune de leur étape. En Ethiopie, on peut même considérer que les grandes infrastructures régionales ont joué un rôle important dans l’urbanisation du pays qui est encore très rural.  Elles ont engendré deux des cinq plus grandes villes éthiopiennes : Diré Dawa et Adama (Tamru : 2012).

Le présent de Djibouti continue à s’appuyer sur ces grandes infrastructures puisque les autorités nationales ambitionnent de faire du port un « hub », c'est-à-dire un port de transbordement et d’éclatement des flux, un objectif qu’elles sont sur le point d’atteindre avec l’aide de partenaires de choix telle que la Chine et l’appui des institutions financières internationales.

Les perspectives offertes aux économies régionales par l’arrivée de la Chine

S’intéressant à la sous-région depuis dix ans, la Chine y est considérée aujourd’hui comme le premier investisseur étranger. A Djibouti, ses investissements sont concentrés dans le secteur des infrastructures. En Ethiopie, ceux-ci sont concentrés dans les secteurs de l’industrie et des infrastructures.

L’Empire du Milieu est venu à son tour investir dans la Corne de l’Afrique pour les mêmes raisons que les puissances européennes qui ont jadis colonisé la région. La localisation géostratégique de la République de Djibouti à l’entrée de la mer Rouge, sur l’une des routes maritimes les plus fréquentées (30000 navires par an), à mi-chemin entre l’Asie et l’Europe, semble avoir retenu son attention. Mais, la Chine, bien que dotée d’une stratégie d’entreprise destinée à consolider son rôle dans le commerce mondial, est venue investir à Djibouti à la demande du gouvernement djiboutien. En effet, celle-ci a été convaincue par son ambition de faire de ses infrastructures portuaires un « hub » commercial majeur (Pairault, 2). Dès décembre 2012, la Chine est ainsi entrée dans le capital de l’entreprise qui gère le port, la Port de Djibouti SA (PDSA) en acquérant 23,5% de parts via La China Merchants Ports. Mais son choix définitif d’investir dans la Corne de l’Afrique est consécutif à la prise de conscience du dynamisme de l’économie éthiopienne d’une part et de la possibilité d’accéder à des marchés enclavés depuis les ports djiboutiens de l’autre. Pour toutes ces raisons, la République de Djibouti est devenue un maillon essentiel de la nouvelle route de la soie.

Dès 2013, les entreprises chinoises se sont lancées dans un grand nombre de travaux de construction et d’aménagement infrastructurels qui ont abouti à l’inauguration d’un port multimodal  à  Doraleh  le  24  mai 2017, d’un port minéralier à Tadjourah le 15 juin 2017 et d’un second port minéralier au Goubet le 22 juin 2017. Parallèlement à sa stratégie commerciale, la Chine, qui est également dotée d’une stratégie nationale visant à affirmer sa puissance militaire (Pairault, 1), a inauguré le 1er août 2017 sa première base militaire à l’étranger. Le 3 janvier 2018, ce fut autour d’une ligne ferroviaire électrifiée de 756 kilomètres entre les capitales djiboutienne et éthiopienne de démarrer ses activités. Le 3 juillet 2018, une zone franche internationale de 42 km2 financée à hauteur de 4 milliards de dollars par China Civil Engineering Construction Corps est venue compléter le tableau. Tous ces investissements dans les grandes infrastructures ont déjà dynamisé l’économie de la Corne de l’Afrique. Les économies djiboutienne et éthiopienne sont aujourd’hui parmi les plus dynamiques de l’Afrique de l’Est. En 2017, le taux de croissance du PIB était respectivement de 10,7% en Ethiopie et de 7% à Djibouti. Ce taux d’accroissement est environ deux fois et demi supérieur à la moyenne des pays est-africains. Le seul bémol demeure le taux d’endettement des pays qui a atteint des niveaux inégalés appelant à la prudence. La dette extérieure de la République de Djibouti est par exemple passée de 50% à 85% du PIB de Djibouti.

 

Conclusion

Historiquement, les grandes infrastructures ont joué un rôle important dans le développement économique et urbain des pays de la corne de l’Afrique et plus particulièrement du couple djibouto-éthiopien. On peut même avancer que dans sa déclinaison moderne, la République   de   Djibouti   leur   doit  son  existence. Aujourd’hui, la richesse et la prospérité économique de la région en dépendent largement. Depuis deux décennies, les Etats de cette région en sont conscients et recherchent des partenaires pour les développer. C’est dans ce contexte que la Chine a été convaincue d’y investir, car les attentes régionales étaient en phase avec sa propre volonté d’accéder aux marchés africains et de conforter ainsi sa position mondiale. Les résultats des alliances nouées à ce jour et des investissements réalisés sont très prometteurs si les précautions nécessaires sont prises.

Dr. Amina Saïd Chiré

Présidente d’IRICA

newsaidchire@gmail.com

Chants de travail : un espace de liberté pour la femme

 

 
Les chants de travail sont en effet pour ces femmes un moyen d’exprimer leurs sentiments, critiquer les travers qu’elles observent, revendiquer des droits

La littérature a toujours été entre autres un moyen de transcender la réalité qui nous entoure : alors, comment cette transformation s’opère-t-elle dans les chants de travail ?

Dans la société nomade Somalie, les femmes ont une place secondaire : elles n’ont  pas droit à la parole dans certaines circonstances sociales. C’est aux hommes de prendre les décisions majeures. C’est là qu’intervient la littérature qui leur offre un espace d’expression.

Les chants de travail sont en effet pour ces femmes un moyen d’exprimer leurs sentiments, critiquer les travers qu’elles observent, revendiquer des droits, voire d’influer sur les décisions des hommes. La littérature a donc bel et bien le pouvoir de transformer le statut de la femme au sein de la société patriarcale. C’est que nous allons illustrer à travers quelques exemples de chants.

1. Une parole libérée :

Le chant de travail est d’abord une occasion pour la femme d’exprimer ses sentiments sans pour autant craindre des représailles ou d’être mal vue dans la société :

- Ninka dheer ha guursan

- Marka gaajo timaaddo

- Guriguu is goglaa

- Go’ayey ku yidhaa

- Waan bukaa ku dhahaa

- Ma bukee ha bukoodo

- Beerka caaro ha goyso

 

- Evite les hommes de grande taille

- Au moment des grandes famines

- Ils s’allongent à la maison

- Se plaignant et geignant

- Prétendant être malade

- Qu’ils le soient réellement

- et que leur corps soit meurtri

 

Dans ce chant de pilon, la mère donne des  conseils à sa fille sur le genre d’hommes à éviter. Ici, elle dresse le portrait de celui qui est incapable de s’adapter à la vie nomade et donc ne peut assumer le rôle de responsable de famille. Il ne peut survivre aux conditions souvent difficiles de ces régions désertiques, et sa femme ne pourra pas compter sur lui pour l’aider à traverser les périodes de sécheresses entre autres.

Elle n’aurait pas pu se permettre de tenir de tels propos dans la vie de tous les jours mais le cadre du chant lui donne la possibilité de dire ce qu’elle a sur le cœur tout en donnant des conseils à sa fille. Elle peut aussi réclamer son dû auprès des autres femmes, c’est ce cas de figure qu’on retrouve dans le chant suivant :

- Baarqab waa seedo

- Sariba maynee

- Sagaal-jir wan noo qala

- La viande de Baarqab

- Est dure à mâcher

- On veut plutôt celle

- D’un jeune mouton

Le tissage des tapis destinés à orner la maison prend du temps et exige la présence de nombreuses femmes ; ainsi la jeune mariée fait appel aux femmes de sa famille (reer) pour l’aider dans cette tâche éreintante. Dans ce chant, les  femmes déçues de l’hospitalité de leur hôte qui leur a servi la viande d’un vieux chameau (Baarqab), par souci d’économie, réclament ici une viande plus tendre.

 

2. Une parole subversive :

Dans ce chant entonné au moment de charger le chameau, les femmes peuvent influer sur les décisions des hommes :

- Ragayaga ragii qabay

- Baa  laga rooray Riiraash

 

- Oh! Rirache, nos hommes

- Ont fui devant leurs maris

 

Par ces paroles cinglantes, la femme dénonce la lâcheté des hommes de son clan qui ont été vaincus lors d’une bataille les opposant à un clan rival: en effet, à l’issue de la bataille les vaincus veulent quitter leur  lieu d’habitation et demandent aux femmes de charger les animaux alors que ces dernières rechignent à partir. En entendant ces propos, les hommes vexés, décident de rester et retournent sur le champ de bataille. C’est la raison pour laquelle elles tiennent ces propos tout en préparant le chameau pour le transport. Elles feignent de s’adresser à l’animal, alors qu’elles envoient  un message de mécontentement à leurs hommes.

3-Une parole  apaisante:

Enfin, le chant devient un moyen d’atténuer les pressions que subissent les femmes au quotidien :

- Haanteydu waa Ceebla

- Waa ceebla caga toosan

- Waa naag cas oo gaaban               

- Haantayduu waa gaari

- Waa gorof aan xooleeyey

- Mon Outre est parfaite

- Parfaite et toute droite

- Claire, de petite taille

- Et remarquable

- C’est une outre bien traivaillée

 

Dans cette société les femmes travaillent beaucoup plus que les hommes, pourtant leur travail n’est pas reconnu à sa juste valeur. En faisant, dans ce chant, l’éloge de l’outre (récipient en pailles tressées destiné à conserver ou barater le lait afin d’en faire du beurre), elles cherchent une forme de reconnaissance qui leur est refusé. Valoriser la qualité de son ouvrage, c’est indirectement valorisé son œuvre. A travers le chant, elles peuvent également évacuer les tensions qu’elles peuvent ressentir en raison des difficultés sociales ou familiales qu’elles traversent :

- Naa fududo fududo

- Fara kugu ma yaaline

- Ma furtaa lagaa dhamey

- Naa baayo beesheenu

- Waa beelo ceebeede

- Yaan subaga lay bidine

- Yaan soo bax lay odhane

- Yaan bilistu ii shirine

- Baayooy Bulloy ii bax

 

- O toi si légère

- Tu as l’air bien fermé

- Qui y a glissé son doigt

- O ma sœur, notre clan

- Est réputé pour être

- De mauvaise langue

- Alors Bullo ma sœur

- Ne me déçois pas

- Sinon, je serais privée de tout

- Je serais mise à l’écart

- Les filles se moqueraient de moi

 

Le ton a changé puisqu’ici elles manifestent leur désarroi lorsqu’elles s’aperçoivent que l’outre avec laquelle  elle travaillaient depuis l’aube ne donne pas le beurre escompté. Donc le ton devient suppliant vis-à-vis du récipient, mais c’est également, une manière d’exprimer leur crainte en énumérant tout ce qu’elles peuvent endurer de la part de leur entourage si elles n’accomplissent pas leur travail correctement.

Ces différents chants de travail offrent aux femmes la possibilité de faire entendre leurs points de vue, d’exprimer leur mécontentement, d’atténuer la pression sociale, etc. Ainsi, on voit bien que la littérature de manière générale, et les chants de travail en particulier, sont un moyen d’adoucir une réalité qui peut être dure, en l’occurrence pour les femmes. Mais cette situation n’est pas propre qu'aux femmes, les hommes aussi ont recours au chant pour s’exprimer, évoquer leurs préoccupations sans pour autant transgresser les codes sociaux.

 

Dr. Amina Nouh

Maitre de Conférences en Littérature Orale somalie

Université de Djibouti

Le pouvoir transformateur de la ittérature ?

L’exemple de l’engagement de Zola dans l’affaire Dreyfus montre que les écrivains, les intellectuels ont le devoir voire le pouvoir de faire triompher la vérité et la justice.
 

L’écrivain peut-il changer la société ? Voilà une question qui n’est pas anodine. Les écrivains ont toujours cherché à travers leurs écrits à influencer plus ou moins la société de leurs époques respectives. S’ils ont été au service du pouvoir jusqu’au XVIIe siècle en France, les choses ont commencé à évoluer progressivement par la suite. La littérature s’est découverte alors des nouvelles perspectives.

La littérature révolutionne les mentalités 

Sartre est convaincu que l’écrivain n’a réellement décidé de prendre partie dans les luttes de libération des opprimés qu’au XVIIIe siècle. Ainsi, l’écrivain refuse de partager la même façon de penser que les gouvernants, gagnant ainsi en liberté de pensée. Rousseau, par exemple, n’a cessé d’influencer la vie et les mœurs de son époque, notamment par ses réflexions philosophiques qui ont poussé les lecteurs à se poser des questions sur certains aspects de la vie quotidienne, comme la religion, par exemple, un sujet assez sensible à cette époque. Rousseau  réussit à imposer jusqu’au style de vie de ses personnages à ses lecteurs selon les témoignages historiques, à l’époque beaucoup de libertins ont pris la décision de se marier, beaucoup de femmes lui ont été reconnaissantes pour ses écrits et s’efforçaient d’ailleurs d’être des « Héloïse » elles-mêmes; sur les conseils de Rousseau, « des reines ont allaité leurs enfants, et l’impératrice de Russie, Catherine II a banni des écoles publiques les châtiments corporels. Ainsi « l’homme rendu moins misérable deviendra moins méchant1». C’est dire combien l’impact de la littérature sur la société est loin d’être négligeable !

Il y a, pour un écrivain, deux façons d’exercer son pouvoir symbolique. La première consiste à s’engager pour la défense d’une cause, à l’instar de Voltaire, Zola ou Sartre. Se faisant prophète, l’écrivain met alors son autorité charismatique au service de cette cause, sans nécessairement l’inscrire dans son œuvre. L’exemple de l’engagement de Zola dans l’affaire Dreyfus montre que les écrivains, les intellectuels ont le devoir voire le pouvoir de faire triompher la vérité et la justice. Dans Germinal ce même Zola s’offusque contre les conditions de travail déplorables des ouvriers. Il pose ainsi les jalons des acquis sociaux à venir comme les horaires de travail réduits, les congés payés, les conditions de travail, etc., en Europe. Loin de se réduire à un divertissement, la littérature est en générale une forme de connaissance pratique, comme l’explique le philosophe Jacques Bouveresse. Le pouvoir symbolique de l’écrivain s’exerce, sous cette deuxième forme, à travers son œuvre. Elle a ainsi le pouvoir de mettre en cause l’idéologie dominante, la doxa, ce qui va de soi, voire de changer notre vision du monde. Lorsqu’il ne s’agit pas de simples provocations, le travail de « dénaturalisation » de la manière de penser opère tant au niveau de la forme qu’au niveau du contenu.

Fonctions de la littérature orale africaine

La littérature orale africaine a pour principale mission d’édifier les membres de la société de diverses manières. Par exemple le « conte » qui a une double finalité – Plaire et instruire – se conclut souvent par une leçon morale qui doit faire réfléchir les auditeurs. Le conte qui s’adresse dans la plupart des cas à un public plutôt jeune participe à son éducation. Le moment de profération du conte n’est pas non plus anodin. D’un point de vue social, le choix de la nuit ne peut s’expliquer que par les exigences d’une société d’agriculteurs ou d’éleveurs où les membres de la famille ne se retrouvent au grand complet qu’après les travaux harassants de la journée. La nuit incarne par conséquent le moment du repos, le temps de loisirs où la culture intellectuelle a libre cours. Avec la légende, le conte constitue pour une société où l’école était encore inexistante le principal moyen de transmission de savoirs. La devinette constitue aussi pour les enfants un moyen de tester leur vivacité d’esprit, leur mémoire ainsi que leur intelligence. C’est un énoncé bref où l’auditeur est amené à lever l’ambiguïté de la question en fournissant rapidement la réponse attendue. Comme le conte, la devinette a une dimension didactique. Quant aux proverbes, ils sont l’apanage des adultes. Souvent employer pour rafraîchir la mémoire de son interlocuteur, les proverbes sont souvent des vérités générales pour amener quelqu’un de façon subtile à prendre conscience d’une situation donnée. Le proverbe est surtout l’œuvre « des vieux sages qui ont le sens de l’à-propos pour parler à mots couverts, de façon allusive2 ». Ce genre vise généralement l’intelligibilité pratique d’une situation vécue.

 

La négritude : la réhabilitation de l’homme noir…

Les débuts de la Négritude se situent dans les années 1930. Le trio Senghor, Césaire et Damas sont alors étudiants à Paris. Selon Senghor, c’est Césaire qui aurait inventé le mot et le concept, dans les pages d’une revue estudiantine (L’Etudiant noir) publiée dans le quartier latin par une poignée d’étudiants antillais et africains exilés à Paris, dans la période de l’entre-deux guerres. La formule est dérivée du vocable « nègre » que ses inventeurs ont vidé de ses connotations injurieuses pour en faire le porte-drapeau de leur affirmation identitaire. « Insulté, asservi, il (le Noir) se redresse, il ramasse le mot de nègre qu’on lui a jeté comme une pierre », écrira Jean-Paul Sartre qui fut, on s’en souvient, l’un des premiers à célébrer le phénomène de la Négritude dans son célèbre essai intitulé L’Orphée noir. Toute la littérature moderne africaine découle de cette véritable épiphanie poétique dont la lecture a changé le regard que l’on porte  aujourd’hui sur le continent noir. Le vaste mouvement de réhabilitation qu’a été la Négritude a concerné d’abord le noir lui-même. Il l’a libéré de ses complexes et de ses servitudes mentales, en lui insufflant la fierté retrouvée d’être « noir » et partant, la force de prendre son destin en main. C’est le thème du Cahier d’un retour au pays natal d’Aimé Césaire qui met en scène, mêlant l’expérience personnelle et collective, la marche de tout un peuple vers la dignité et l’émancipation. Pour lui, la Négritude était avant tout un instrument de prise de conscience et de lutte contre la colonisation. 

La littérature postcoloniale : une volonté d’émancipation…

La littérature africaine est un bon exemple de littérature postcoloniale. Les écrivains africains, presque tous, ont essayé de «réécrire à l'empire». Les principales caractéristiques de la littérature postcoloniales sont entre autres une utilisation modifiée ou transformée de la langue des colons (l’anglais ou les français), la mise en valeur de l’unicité culturelle de l’Afrique dans son ensemble, l’évocation dans les littératures régionales de différents pays de leurs propres préoccupations et la dénonciation des dirigeants africains corrompus perpétuant les souffrances du peuple, héritées de la période coloniale etc. Ainsi la littérature postcoloniale apparaît comme une littérature contestataire aussi bien du point de vue de la forme que du fond. Les Soleils des Indépendances d’Ahmadou Kourouma  est considéré par beaucoup de critiques comme le livre fondateur de la littérature postcoloniale de  langue française. Ce roman a représenté une rupture radicale, par sa forme et son contenu, avec les règles ordinaires de la linguistique française. Ahmadou Kourouma a transgressé la structure de la langue française pour y mêler sa langue maternelle.

Pour conclure, on peut dire que la littérature s’est avérée comme une matière avant-gardiste dans la lutte pour faire triompher la justice sociale, la tolérance religieuse, la libération, l’édification et la mise en valeur de l’être africain ainsi que la remise en cause des systèmes politiques hérités du colonialisme.

Dr. Mousse Souleiman obsieh

Maître de conférences en littérature comparée

Université de Djibouti

 Président de l'Amicale des Livres Ouverts d'Ali-Sabieh (ALO ASKA).

© 2016 IRICA

253.21.35.17.07/ Salines Ouest, Lot 175/ irica.info@gmail.com

  • w-facebook
  • Twitter Clean
  • w-googleplus